Avec Instagram, Facebook veut concurrencer Vine

  • A
  • A
Avec Instagram, Facebook veut concurrencer Vine
@ Reuters
Partagez sur :

Le réseau social pourrait ajouter un service de vidéos courtes à son application de photos sur mobiles.

L'INFO. Selon le site d'analyses statistiques Topsy.com, l'application Vine, lancée en janvier 2013 et qui permet de poster des vidéos de 6 secondes maximum sur mobile et les réseaux sociaux, aurait dépassé Instagram en termes de popularité. Le service lancé par Twitter semble inspirer Facebook, qui pourrait annoncer jeudi 20 juin un outil similaire, selon un spécialiste des réseaux sociaux de Reuters.

>> À LIRE : Facebook : bientôt un lecteur d'actualités ?

Petite équipe, grande idée ? Si l'on en croit le carton d'invitation envoyé par Facebook pour sa conférence de présentation du 20 juin, "une petite équipe a travaillé sur une grande idée". Le réseau social va présenter un nouveau produit et il se pourrait qu'il s'agisse d'un service de vidéos à l'image de ce que propose Vine actuellement sur iPhone et Android.



Instagram va-t-il passer à la vidéo ? Racheté par Facebook pour près d'un milliard de dollars (environ 750 millions d'euros) en avril 2012, Instagram est une des applications photo les plus populaires. L'application comptait 90 millions d'utilisateurs au 10 janvier et devrait doubler ce chiffre en 2013. Mais le site au milliard d'inscrits souhaiterait "copier" Vine en intégrant de courtes séquences vidéos à Instagram.

Un secteur particulièrement porteur. À en croire les chiffres du cabinet d'analyse Cisco, si les réseaux sociaux sont en 2013 la fonctionnalité du Web la plus populaire en ligne, la vidéo sur le Web devrait dépasser les Facebook, Twitter et autres Google+ dans les mois qui viennent. En 2014, il y aura 1,429 milliard d'utilisateurs de YouTube, Dailymotion ou même Vine, contre 1,425 milliard d'internautes sur les réseaux sociaux. Facebook compte, en concurrençant Vine, tirer parti de cette base d'utilisateurs et de cibles publicitaires potentielles.

>> À LIRE AUSSI : Facebook se met (enfin) aux #hashtags