Avec Deepmind, Google mise gros sur les robots

  • A
  • A
Avec Deepmind, Google mise gros sur les robots
Une nouvelle acquisition d'envergure pour Google, qui réalise ici sa plus grosse transaction financière en Europe.@ REUTERS
Partagez sur :

ACQUISITION - Le géant américain a racheté Deepmind, une entreprise spécialisée dans l'intelligence artificielle.

Les robots, l'avenir de Google. Google est numéro un mondial de la recherche en ligne et domine le marché de la téléphonie mobile grâce à son interface maison Android. Mais l'avenir du géant américain s'inscrit dans la robotique : après une première acquisition en décembre dernier - Boston Dynamics, qui conçoit des robots capables de reproduire les déplacements d'un quadrupèdes - Google a confirmé mardi avoir fait l'acquisition de Deepmind, entreprise britannique spécialisée dans l'intelligence artificielle.

Pourquoi une telle acquisition ? Avec ce rachat, la firme californienne confirme miser gros sur les robots. Deepmind, créée en 2012 par Demis Hassabis, un ancien prodige des échecs, travaillait sur un système d'intelligence artificiel. Plus exactement, l'équipe planchait sur "un monde d'ordinateurs superintelligents surpassant les humains", révèle Larry Wasserman, professeur d'université qui a récemment rencontré les dirigeants de Deepmind. En combinant les travaux de Boston Dynamics et de Deepmind, on peut imaginer des robots capables de se déplacer, de penser et d'agir comme des humains.

La plus grosse acquisition européenne de Google. Avec cette acquisition estimée à 400 millions de dollars (environ 300 millions d'euros), Google réalise sa plus importante opération financière en Europe. Le 15 janvier dernier, le moteur de recherche annonçait un autre rachat d'envergure, Nest, qui commercialise des appareils connectés pour la maison. Une transaction estimée à 2,3 milliards d'euros, soit la troisième plus grosse acquisition de sa courte histoire.

ROBOTIQUE - Google achète Boston Dynamics

INTERVIEW - Pourquoi Google s'intéresse tant aux robots

POLÉMIQUE - Google, Facebook et Apple font dérailler San Francisco