Appels illimités : Free condamné pour publicité mensongère

  • A
  • A
Appels illimités : Free condamné pour publicité mensongère
Partagez sur :

TÉLÉPHONIE MOBILE - Le gendarme des Télécoms a condamné l’opérateur à 75.000 euros d’amendes pour “pratique commerciale trompeuse”.

L’INFO. Entre mai 2009 et mai 2012, Free avait affirmé - à tort - que les appels de ses clients à l’étranger étaient illimités. Une communication qui a valu à l’opérateur et sa maison-mère Iliad, d’être condamnés vendredi à de amendes respectives de 50.000 et 25.000 euros pour “pratique commerciale trompeuse”.

Communications coupées après 40 minutes. Cette affaire avait démarré à la suite de plaintes de 19 abonnés, au sujet de restrictions de leurs communications vers l'étranger depuis leur téléphone fixe. La direction départementale de la protection des populations (DDPP) avait ouvert une enquête. Certains clients expliquaient que leurs communications étaient systématiquement coupées après 40 minutes, d'autres évoquaient des communications internationales limitées à deux fois 40 minutes par jour ou une heure et demie, d'autres encore se plaignaient de l'impossibilité d'appeler à l'étranger à partir d'une certaine heure ou le weekend. L'analyse des factures détaillées confirmait que les communications à l'international était apparemment limitées.

Le président de Free condamné à 4.500 euros d’amende. Pendant l'enquête, le président de Free Cyril Poidatz avait confirmé que depuis novembre 2010, Free effectuait des restrictions sur les lignes de ses abonnés à hauteur d'une heure par jour, quatre heures par semaine et 100 heures par semestre. Restrictions justifiées selon Free par des raisons à la fois techniques et de lutte contre d'éventuelles fraudes. Ces limitations existent "chez tous les opérateurs" et "n'ont jamais été contestées" par les autorités de régulation, a toutefois observé le tribunal correctionnel de Paris, selon le jugement. Cyril Poidatz a nommément été condamné à une amende de 4.500 euros.

Des avertissements trop imprécis. L'opérateur soulignait également que le consommateur en était informé. Mais ces avertissements, faisant référence à des notions comme "utilisation non abusive", "usage approprié" ou de "bon père de famille" étaient trop imprécis, ont estimé les juges. Le directeur juridique de Free avait quant à lui indiqué que l'épithète "illimité" se rapportait au nombre d'appels et non à leur durée. Free a déjà cessé d'utiliser ce terme concernant le type d'appels litigieux. Si ces peines sont inférieures de moitié aux réquisitions du parquet, les juges de la 31e chambre correctionnelle notent que les tarifs n'ont cessé de diminuer, en grande partie grâce à l'apparition de Free. "Les publicités incriminées ont, paradoxalement, joué un rôle dans cette diminution des tarifs", ce qui, pour les juges, "amène à relativiser le préjudice subi par l'ensemble du corps social, bénéficiaire ultime" de ces baisses des prix. Contacté, Free n'a pas souhaité faire de commentaire.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

ANALYSE - uel avenir pour Bouygues Telecom après le renoncement d'Orange ?

BRUITS DE COULOIR - our Bouygues, le rachat par Free est une "rumeur"

3G - L'Arcep recadre les opérateurs téléphoniques

REPLAY - Vive la concurrence dans les télécoms