Zouzou : "l'impression d'être des criminels"

  • A
  • A
Zouzou : "l'impression d'être des criminels"
Didier Delanes avait découvert l'an dernier le jeune renard au bord d'une route.@ MAXPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE - La famille du renardeau, condamnée à Bergerac, va faire appel pour le garder.

Ils pensaient faire une bonne action. Mais le verdict est tombé mardi en fin d'après-midi au tribunal de Bergerac, en Dordogne. Zouzou, le renardeau recueilli par la famille Delanes en avril 2010, leur est confisqué et ils devront payer une amende de 300 euros pour détention d'un animal sauvage sans autorisation.

"On a l'impression d'être des criminels"

Anna-Paule, la propriétaire du petit renard n'a pas caché son indignation après la décision rendue par le tribunal ."C'est sûr qu'on est déçu. On ne pensait pas que ça allait se dérouler comme ça. On a l'impression d'être des criminels, d'avoir fait du mal, en fin de compte on n'a rien fait', a-t-elle confié à Europe1.

Anna-Paule est sous le choc de la décision du tribunal :

Une histoire trop belle pour s'arrêter là ?

C'était presque comme un conte de Walt Disney. En avril 2010, Didier Delanes, habitant de Gardonnes, en Dordogne, trouve un bébé renard au bord de la route, sur le cadavre de sa mère. Il l’emporte alors, et l’élève. Mais c’est sans compter sur l’Office national de la chasse, qui, en mars dernier, découvre l’animal, et engage des poursuites contre la famille. Une procédure classique, car élever cet animal sauvage sans autorisation est interdit.

"Zouzou a le comportement d'un chien. On va le voir, il nous appelle. Quand on part travailler le matin, il vient nous faire la fête (...)", a raconté au micro d'Europe 1 Anna-Paule.

Pour l'instant la famille Delanes ne sait pas quand le renardeau va leur être retiré. Mais elle a déjà indiqué qu'elle allait faire appel de cette décision. "Nous sommes prêts à tout pour le garder", ont-ils dit. Et pourquoi pas à cacher l'animal chez des amis.