Zahia : l’avocat de Benzema riposte

  • A
  • A
Zahia : l’avocat de Benzema riposte
@ Reuters
Partagez sur :

Il demande la levée de la mise en examen après le témoignage de l’ex-petite amie du footballeur.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Zahia. L'avocat de Karim Benzema, Me Sylvain Cormier, a souhaité dimanche que le juge auditionne l'ex-petite amie de Karim Benzema afin qu'il puisse "demander la levée de sa mise en examen", selon Le Parisien.

Le footballeur international français, 22 ans, a été mis en examen mardi et remis en liberté pour "sollicitation de prostituée mineure" en l'occurrence Zahia D. tout comme un autre Bleu, Franck Ribéry, et le beau-frère de celui-ci.

"Ce témoignage est sérieux et vérifiable"

"Il y a un témoignage (de l'ex-petite amie de Karim Benzema, ndlr) qui a été déposé dans le bureau du juge. Il est demandé au juge d'auditionner cette femme. Le juge fera de lui même les vérifications qui selon lui s'imposent", a affirmé Me Cormier. "Le but est d'obtenir le plus rapidement possible la levée de la mise en examen", a-t-il ajouté.

"Ce témoignage est sérieux et vérifiable. Il exclut catégoriquement la possibilité que Zahia ait pu avoir une relation sexuelle, tarifée ou non, avec Karim Benzema", selon l'avocat. Selon la procédure, "ce n'est que lorsque le juge aura notifié à Karim Benzema qu'il a auditionné ce témoin - qui lui est favorable - que la demande (de levée de la mise en examen) concrètement pourra être enregistrée", a précisé Me Cormier.

Benzema ne se sent pas concerné

Au cours de l'enquête, Zahia D., une jeune prostituée gravitant autour du Zaman Café, près des Champs Elysées, a affirmé aux policiers avoir eu des relations tarifées avec des footballeurs, notamment Franck Ribéry, en 2009, et Karim Benzema, en 2008, alors qu'elle était encore mineure.

La star du Bayern Munich avait reconnu devant les enquêteurs avoir eu une relation avec elle et lui avoir payé un voyage et un séjour en Bavière. Benzema, attaquant du Real Madrid, avait pour sa part affirmé le 3 mai ne pas se sentir "concerné" par cette affaire et qu'il n'avait "rien à (se) reprocher". Mercredi, il a à nouveau nié les faits qui lui sont reprochés.