Xynthia : les zones noires sont "absurdes"

  • A
  • A
Xynthia : les zones noires sont "absurdes"
@ REUTERS
Partagez sur :

La mission parlementaire consacrée à l’après-Xynthia a jugé "absurde" le zonage établi par l’Etat.

Déjà contestées par les habitants des agglomérations touchées par la tempête Xynthia, les "zones noires" ont de nouveau été vivement critiquées, mais cette fois-ci par les élus de l’Assemblée nationale.

Lors de son déplacement en Charente-Maritime, la mission d'information de l'Assemblée nationale sur la tempête Xynthia a en effet jugé "absurde" le zonage établi après les intempéries du 28 février.

"Le zonage et la façon dont il a été commandé nous semblent tout simplement absurdes", a lancé Maxime Bono, député-maire PS de La Rochelle et président de la mission parlementaire.

Une méthode "d’une grande stupidité"

"Nos auditions ont été extrêmement instructives et nous avons eu la confirmation qu'on a appliqué une méthode stupide", a renchéri Jean-Louis Léonard, député UMP de Charente-Maritime, rapporteur de la mission qui rendra son rapport d'ici au 14 juillet.

"La doctrine n'existait pas au niveau de l'Etat, elle a été décidée au niveau central et mise en application extrêmement rapidement. C'est une méthode inéquitable, inepte et qui sera certainement très coûteuse", a-t-il fustigé.

Si le maire de Chatêlaillon-Plage, commune touchée par Xynthia, a rendu hommage aux "services locaux" de l'Etat, il a qualifié la méthode, "imposée par le ministère" aux préfets, "d'une grande stupidité parce qu'elle ne résout rien".

Les problèmes de sécurité persistent

"Elle ne résout pas à l'évidence les problèmes de sécurité. Ce n'est pas parce que l'on va empêcher les gens d'habiter à moins de 50 mètres d'une digue qu'on va résoudre les problèmes qui se sont passés à 200 ou 300 mètres", a-t-il ajouté.

La mission, constituée début avril sur les raisons des dégâts causés par Xynthia, qui a fait 53 morts en Vendée et Charente-Maritime, doit rencontrer vendredi des associations de sinistrés et des acteurs économiques.

REAGISSEZ Les pouvoirs publics n’ont-ils pas voulu aller trop vite dans la gestion de l’après-Xynthia ?