Xynthia : il faut revoir les zones noires

  • A
  • A
Xynthia : il faut revoir les zones noires
@ REUTERS
Partagez sur :

Selon un rapport, "le risque d'inondation n'a pas été correctement évalué".

Le rapport est sans appel, la prévention est à revoir. La mission d'inspection inter-ministérielle, mise en place pour faire la lumière sur les conséquences de la tempête Xynthia, recommande de "revoir la carte des zones inondables sur le littoral atlantique". Elle préconise aussi de revoir les plans de prévention, les risques ayant été "minorés".

Manque de communication

Selon le rapport des inspecteurs, "le risque d'inondation par submersion marine n'a pas été correctement évalué", indique le Figaro dans son édition de mercredi. Ils notent que la surcote avait été anticipée par Météo France et que l'information avait été transmise aux préfets, mais "sous une forme pas directement exploitable" pour mesurer les effets sur telle ou telle partie du littoral.

Les inspecteurs estiment, selon le quotidien, qu'il faut "disposer d'une vigilance spécifique "vagues et submersion marine", à l'instar de celle qui existe pour les vents forts et les crues fluviales", afin de "permettre aux maires de prendre les mesures de protection adaptées".

Prévention insatisfaisante

La mission regrette par ailleurs "l'absence de plans communaux de sauvegarde, simples et opérationnels, permettant d'organiser les secours en amont". Quant à la politique de prévention, elle est jugée "peu satisfaisante", avec de "sérieuses carences" au plan local : peu de plans de prévention des risques littoraux, des documents locaux d'urbanisme "souvent anciens et dépassés", etc.

En outre, le risque d'inondation est "à l'évidence minoré" pour la mission, qui juge le phénomène pourtant "rare mais pas exceptionnel". Il conviendrait donc, estime-t-elle, de revoir les atlas des zones inondables et les plans de prévention. La mission s'intéresse enfin à la mise en sécurité des digues, mal recensées et qui dépendent d'intervenants multiples. Une situation jugée "très préjudiciable pour la sécurité des personnes".

Par ailleurs, le préfet de Charente-Maritime a annoncé mardi le classement de 218 bâtiments supplémentaires en "zones noires" ou "zones de solidarité" après de nouvelles expertises consécutives au passage de la tempête Xynthia. Les associations de riverains ont dénoncé cette décision, qui concerne 214 habitations et quatre autres constructions situées sur les communes de Fouras, Aytré et Yves.