Xavier Beulin veut autoriser le stockage d'eau

  • A
  • A
Xavier Beulin veut autoriser le stockage d'eau
Xavier Beulin a appelé sur Europe 1 à "cesser l'interdiction du stockage d'eau hivernal".@ Europe 1
Partagez sur :

Suite à la sécheresse, le patron de la FNSEA a dénoncé l'interdiction du stockage d'eau hivernal.

Dix-sept départements sont concernés par des mesures restreignant certains usages de l'eau, principalement autour de la région Poitou-Charentes, selon le point hebdomadaire publié vendredi par le ministère de l'Ecologie. Ce chiffre a presque doublé depuis le dernier bilan du ministère, le 29 avril, qui faisait état de neuf départements touchés par au moins un arrêté préfectoral limitant certains usages de l'eau.

Interrogé samedi sur Europe 1 sur les conséquences de la sécheresse, Xavier Beulin, président de la FNSEA, a dénoncé l'interdiction, depuis vingt ans en France, du stockage d'eau hivernal. Il a appelé à "cesser une situation qu'[il] considère stupide". Cette interdiction "génère des lacunes et des difficultés pour les agriculteurs" qui subissent actuellement la sécheresse. Xavier Beulin a fustigé des politiques "dogmatiques" et "pas tout-à-fait cohérentes" en matière de stockage d'eau.

Le Doubs, le Rhône et l'Isère aussi concernés

Dans le nord-ouest et le sud-ouest, la Loire-Atlantique, la Dordogne et le Lot s'ajoutent désormais aux départements de la région Poitou-Charentes (Deux-Sèvres, Vienne, Charente et Charente-Maritime) et à la Vendée. Dans le Nord, des mesures sont désormais prises dans l'Eure, l'Oise et la Somme. Trois nouveaux départements sont également concernés dans l'Est, le Doubs, le Rhône et l'Isère.

Des mesures sont également toujours en vigueur dans la Nièvre et dans le Cher ainsi que dans le Val-de-Marne, seul département d'Ile-de-France concerné mais pour des raisons n'ayant pas de lien direct avec la sécheresse actuelle. Les mesures de restriction sont plus ou moins importantes selon les départements, les plus touchés restant ceux de la région Poitou-Charentes où il est question de "crise renforcée".

Un comité sécheresse le 16 mai

Ceci suppose en général des prélèvements, notamment agricoles, réduits d'au moins 50%, et des réductions voire des interdictions sur les arrosages des espaces verts ou le remplissage des piscines. Toute l'Europe du nord est touchée par une sécheresse inhabituelle au printemps. Une situation qui pourrait durer encore "quelques semaines, ou même quelques mois" en raison d'un "front de hautes pressions atmosphériques très persistant", selon l'Organisation mondiale de la météorologie (OMM).

En France, où la moitié nord a connu "des niveaux de sécheresse des sols superficiels jamais atteints fin avril au cours des cinquante dernières années" avait indiqué mardi Météo France, la situation inquiète les agriculteurs. Un "comité sécheresse" se réunira le 16 mai, à la demande de la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, afin de faire le point.