Wilfrid devient officiellement Chloé

  • A
  • A
Wilfrid devient officiellement Chloé
Partagez sur :

La justice a autorisé le changement d'identité d'un homme devenu femme, et marié avec une femme.

Chloé est mariée et a trois enfants. Mais officiellement, Chloé est leur père. Après un traitement hormonal et des opérations chirurgicales, cette transsexuelle de 39 ans, née Wilfrid, est devenue médicalement une femme l'an dernier. L'Etat refusait jusque-là de reconnaître son nouvel état-civil. La cour d'appel de Rennes a finalement accepté mardi de modifier son acte de naissance, mais pas l'acte de mariage.

Le 15 décembre 2011, le tribunal de Brest avait rejeté la demande de modification d'identité sexuelle de Chloé. D'après la cour, cela aurait entraîné de facto la reconnaissance d'un mariage homosexuel, puisque Chloé, alors Wilfrid, a épousé Marie en 1997.

La cour d'appel a donc infirmé le jugement de première instance. Dans son arrêt, elle dit que "né de sexe masculin", le requérant "est désormais de sexe féminin" et qu'"il portera le prénom" de Chloé "en lieu et place" de Wilfrid. Elle ordonne par ailleurs "qu'il soit fait mention de cette décision en marge dudit acte de naissance".

La décision a été accueillie avec "une joie folle" par Chloé, une ingénieure informaticienne de 42 ans qui s'était choisi ce prénom depuis des années et qui a toujours été soutenue par son épouse dans ses démarches. "Je vais pouvoir prendre pied dans ma nouvelle vie de femme avec cette reconnaissance d'identité par la société", s'est-elle félicitée. "Pour moi, je suis arrivée au bout de mon parcours."

>> A lire aussi : "Nous sommes un couple qui marche"

Mais la cour d'appel dit qu'il n'y a pas "lieu à porter la même mention en marge de l'acte de mariage". La justice coupe donc la poire en deux pour éviter d'avoir à reconnaître l'existence d'un couple marié homosexuel. Paradoxalement, Marie et Chloé restent donc un couple hétérosexuel.

Mais pour Chloé, qui a épousé Marie il y a 15 ans et avec laquelle elle a eu trois garçons, "ça ne change rien, on reste mariées". Cette décision de justice "est une reconnaissance du mariage pour tous, de la parentalité pour deux parents du même sexe", "on n'a plus besoin de divorcer pour changer d'état-civil", a-t-elle considéré. "C'est magnifique, génial, génial, génial", a-t-elle poursuivi, très émue.