Vols test à travers le nuage de cendres

  • A
  • A
Vols test à travers le nuage de cendres
@ REUTERS
Partagez sur :

Air France effectue des vols à vide pour étudier l'impact réel des cendres sur les avions.

Air France, à l'instar d'autres compagnies européennes, effectue dimanche plusieurs vols sans passagers, destinés à mieux connaître l'impact du nuage de cendres volcaniques sur la circulation des avions, ont indiqué la compagnie aérienne et la DGAC dans un communiqué commun.

Un premier vol entre Paris et Toulouse n'a permis de détecter "aucune anomalie", a annoncé la compagnie aérienne dans un communiqué.

Des conclusions transmises au gouvernement

"Un protocole adapté d'inspection de l'avion sera appliqué à l'issue de ces vols et transmis aux autorités", ont-elles ajouté, précisant que "des contacts sont établis avec d'autres compagnies européennes qui procèdent à des évaluations similaires".

Ces mesures ont été jugées trop tardives par certains professionnels du secteur aérien, qui mettent en avant les lourdes conséquences de la paralysie des aéroports européens depuis jeudi.

Plusieurs compagnies testent le nuage

La compagnie aérienne néerlandaise KLM a annoncé de son côté avoir effectué dimanche matin un vol test entre Amsterdam et Düsseldorf en Allemagne pour mesurer l'impact sur ses avions du nuage de cendres volcaniques au dessus de l'Europe. Huit autres vols tests étaient prévus dimanche.

Samedi, l'allemande Lufthansa a effectué dix vols sans passagers au départ de Munich avec des appareils qui y avaient été détournés, pour les reconduire à leur point de stationnement à Francfort avec l'aval des autorités aériennes. "Les appareils ont été analysés et ne présentent aucun dommage, pas la moindre égratignure sur le pare-brise du cockpit, le fuselage ou les moteurs", a précisé un porte-parole de la compagnie.

Le ministre de l'Environnement Jean-Louis Borloo avait expliqué samedi qu'une étude allait être menée au niveau européen pour mieux connaître l'impact des cendres crachées par les volcans sur les moteurs d'avions.

De son côté, la Commission européenne est engagée dans d'intenses consultations avec les gouvernements de l'UE pour faire ouvrir quelques routes aériennes en Europe dès le début de la semaine prochaine.