Vols de nourriture : "les gens ont faim, nous sommes des proies faciles"

  • A
  • A
Vols de nourriture : "les gens ont faim, nous sommes des proies faciles"
(Photo d'illustration)@ MAXPPP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - Le magasin de Pascal Lafitte, traiteur dans l'Essonne, a été récemment cambriolé. 6.000 euros de viande se sont envolés.

L'INFO. C'est un classique : à l'approche des fêtes de Noël, les bijouteries et les grandes enseignes connaissent un certain regain de cambriolages. Mais,  cette année, un nouveau phénomène explose : les vols de nourriture.  Les commerces de bouche tels les traiteurs ou les bouchers sont touchés. Pascal Lafitte, gérant du traiteur Vanille-Fraise dans l'Essonne, en a fait les frais pendant le week-end de la Toussaint. Les malfaiteurs n'ont pas hésité à lui vider ses cinq chambres froides. Plus de 6.000 euros de viande se sont envolés en moins de dix minutes.

>> Le commerçant témoignait mardi au micro d'Europe 1.

"Du magret de canard et des filets mignons". "La partie alimentaire c'est quand même très nouveau.  On a été cambriolé il y a six ans de ça mais ce n'était pas du tout les même produits", explique le commerçant. "Lorsque j'ai ouvert le rideau qui donne accès au bâtiment, toutes les chambres froides étaient ouvertes", raconte-t-il. "Ils se sont fait plaisir et se sont bien servis : du magret de canard, des filets mignons, des poches de veau et de bœuf sous vide", égrène Pascal Lafitte.

"On est des proies faciles". "Apparemment, en écoutant un peu nos confrères, il y a une bande qui sévit dans le secteur.  Les hypermarchés et supermarchés sont bien surveillés donc c'est plus compliqué pour les malfaiteurs", assure le traiteur. "Dès qu'il y a des petits commerces comme les nôtres, on est des proies faciles. L'expert qui est venu constater le vol m'a dit clairement être débordé en ce moment. On a fait notre déclaration de vol le 2 novembre et il n'a pu passer que le 25. Donc trois semaines de délai car il est overbooké, principalement pour des effractions de ce type là", déplore Pascal Lafitte. "Les gens ont faim et tout est bon pour arriver à régler ce problème".