Vol Rio-Paris : Air France mis en examen

  • A
  • A
Vol Rio-Paris : Air France mis en examen
@ MAXPPP
Partagez sur :

La compagnie aérienne est poursuivie pour homicides involontaires après le crash de l'AF-447.

228 victimes et deux entreprises mises en examen. Dans l’enquête sur le crash du vol AF-447 entre Rio et Paris dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2009 au large du Brésil, la compagnie Air France a été mise en examen vendredi, en tant que personne morale, pour "homicides involontaires". Comme l’avait été jeudi l’avionneur européen Airbus.

La mise en examen d’Air France a été notifiée par la juge d'instruction Sylvie Zimmerman à Pierre-Henri Gourgeon et d'autres dirigeants, présents en qualité de représentants légaux de la compagnie, et à ses avocats, lors d'une audition au palais de justice de Paris.

"Nous contestons cette mise en examen"

"Nous contestons cette mise en examen, il nous semble qu'elle n'est pas fondée", a répliqué Pierre-Henri Gourgeon. "Nous n'avons pas d'explicitations et c'est donc dans le courant de la procédure que nous pourrons faire valoir nos explications", a-t-il ajouté.

Du côté des investigations, le Bureau d'enquêtes et d'analyses, chargé des éléments techniques, a mis en avant jusqu'à présent une défaillance des sondes Pitot au moment de l'accident. Une défaillance qui est susceptible d'être une des causes de l'accident mais ne peut être à elle seule à l'origine de la catastrophe.

Pas de boîtes noires, pas d'explications

Une absence de preuve sur laquelle Air France insiste. La compagnie aérienne, comme Airbus, estime que l'instruction n'a pas relevé de manquement à une réglementation et souligne qu'aucun lien de causalité entre d'éventuels problèmes sur l'avion et l'accident n'est établi.

De nouvelles opérations de recherche en mer, les quatrièmes, doivent débuter lundi prochain, sur une zone au large du Brésil, avec un budget de plus de neuf millions d'euros apportés par Airbus et Air France. Les trois premières phases de recherches n'avaient permis de retrouver ni l'épave de l'Airbus, ni les "boîtes noires".