Voitures brûlées : Hortefeux polémique

  • A
  • A
Voitures brûlées : Hortefeux polémique
Partagez sur :

L’ex-ministre de l’Intérieur dénonce "une augmentation de 23%" à Paris, pour la St-Sylvestre.

Brice Hortefeux est formel. Le nombre de voitures brûlées lors du réveillon de la Saint-Sylvestre en 2012 montre "une augmentation de 23%",  dans l’agglomération parisienne, par rapport à l’année précédente. Ce chiffre, que Brice Hortefeux qualifie de "hausse spectaculaire" reste toutefois quasi-impossible à vérifier car le précédent gouvernement de droite avait renoncé à publier les chiffres des Saint-Sylvestre de 2010 et 2011, expliquant ne pas vouloir pas encourager une compétition malsaine. Manuel Valls lui a répondu quelques plus tard.

"Avec nous, la délinquance a baissé" :

"Au niveau national, ce qui est certain, c'est qu'il y a une hausse", a insisté Brice Hortefeux jeudi matin sur Europe 1, sans donner plus de précisions.

Mardi, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls avait décidé de jouer la transparence en livrant le bilan de la soirée du réveillon. L’hôte de la place Beauvau avait fait état de 1.193 véhicules incendiés sur l’ensemble du territoire, avec un pic de 83 véhicules brûlés en Seine-Saint-Denis. Le dernier bilan connu, celui du 31 décembre 2009, affichait un bilan de 1.147 véhicules incendiés.

>>> A LIRE AUSSI : 1.193 véhicules incendiés au Nouvel An

"Un concours stupide"

Brice Hortefeux a fustigé la volonté de Manuel Valls de rendre ces données publiques. L'ancien ministre de l'Intérieur a une nouvelle fois justifié sa décision, en 2009, de mettre "de mettre fin à ce palmarès" de véhicules incendiés, y voyant "un bingo, un concours stupide consistant en une émulation entre différentes collectivités".  "Ce ne sont pas les plus fins de nos compatriotes qui brûlent les voitures, ce ne sont pas les Einstein du coin", a poursuivi l'eurodéputé.

Brice Hortefeux a par ailleurs assuré qu'il n'y avait pas eu chez lui de "souci de cacher quoi que ce soit, puisque je rendais publics les chiffres annuels". "Est-ce que ça a marché ? Oui, ça a marché, puisque le nombre de véhicules brûlés a diminué", a assuré le proche de Nicolas Sarkozy, en citant "sur 2011, par rapport à 2010, 3.200" en moins.

>>> A LIRE AUSSI : "Avec nous, la délinquance baissait"

"Il faudrait revenir sur ce dispositif"

Au total, en 2011, 40.244 véhicules avaient brûlé sur l’ensemble de l’année, contre 43.701 en 2010. La semaine dernière, l'ex-ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy avait estimé cette baisse "entre 18 et 20%" sur cette période. "Il fallait adresser un signal : il n'y aura pas de comparaison", a-t-il commenté jeudi.

Fort de ces chiffres, Brice Hortefeux demande à Manuel Valls de ne pas "persévérer" dans son" erreur". "Dans l'intérêt de nos compatriotes, il faudrait revenir sur ce dispositif", a-t-il conclu.

La réplique de Valls

Manuel Valls n'a pas tardé à répliquer à Brice Hortefeux. "Contrairement aux propos de M. Hortefeux, la délinquance ne se combat à coups de statistiques élaborées selon des méthodes incomplètes ou fluctuantes, dénonce jeudi la place Beauvau dans un communiqué. "Il faut sortir des postures d'instrumentalisation et fiabiliser les statistiques qui éclairent le débat public", ajoute le texte.

L'objectif de Manuel Valls est de "renforcer l'indépendance de l'Observatoire national de la délinquance". "Le ministre fera prochainement part de ses propositions en la matière", conclut le communiqué.