Voile intégral : la loi en avril

  • A
  • A
Voile intégral : la loi en avril
La loi interdisant le voile intégral prendra effet le 11 avril prochain.@ MaxPPP
Partagez sur :

Le slogan "La République se vit à visage découvert" va illustrer la campagne de sensibilisation.

La loi contre le voile intégral, qui prendra effet le 11 avril prochain, a été publiée ce jeudi au Journal officiel. Dans une circulaire adressée aux ministres et préfets, le Premier ministre François Fillon témoigne d'un souci de fermeté et de sérénité, après le débat houleux qui a précédé la loi du 12 octobre 2010. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement lancera vendredi une campagne d’information et de sensibilisation.

La campagne va se décliner dans les lieux publics, sous forme d'affiches, format papier, portant le slogan "La République se vit à visage découvert". Sur un fond bleuté, se détache l'effigie d'une Marianne, moulée sous la Troisième république, visage ouvert, front serein et décolleté pudique. Des dépliants en français et un site Internet (www.visage-decouvert.gouv.fr) seront aussi mis à la disposition des personnes intéressées.

Des exceptions sont prévues

La loi ne concerne pas uniquement les femmes intégralement voilées, mais tous ceux qui les y contraignent, comme tout ceux -masqués ou cagoulés- dont le visage dissimulé rendrait impossible leur identification.

Quelques exceptions sont prévues : port du casque pour les conducteurs de deux-roues, tenues exigées en raison de risques encourus dans certains métiers, activités sportives, fêtes traditionnelles, manifestations artistiques.

Tous les lieux publics sont concernés

La loi prévaudra pour tous les lieux publics : voies publiques, transports en commun, commerces, centres commerciaux, établissements scolaires, bureaux de poste, hôpitaux, tribunaux, administrations... Sans parler des plages, jardins publics, promenades publiques et tous autres lieux dont l'accès est libre.

La volonté de "sérénité" affichée par le gouvernement en lançant cette campagne est d'autant bienvenue que le débat sur la laïcité et l'islam, prévu pour le 5 avril, fait l'objet d'une controverse. Certains craignant qu'il n'apporte de l'eau au moulin du Front National.