Voies ferrées : l'inquiétude des syndicats

  • A
  • A
Voies ferrées : l'inquiétude des syndicats
Selon les syndicats, il faudrait 2.000 kilomètres de travaux chaque année pour que le réseau ferroviaire reste en bon état.@ MAXPPP
Partagez sur :

<CUSTOM NAME="HIGHLIGHT">INFO E1</CUSTOM> - Préoccupés par la détérioration des voies ferrées, les syndicats de la SNCF sollicitent le ministre des Transports pour demander des travaux.

L'info. Ils veulent éviter un nouveau Brétigny. Presque deux mois après le déraillement d'un train dans l'Essonne, qui a fait sept morts, les quatre syndicats de la SNCF s'inquiètent de voir l'état du réseau ferroviaire se détériorer. Selon les informations d'Europe 1, ils prévoient d'envoyer un courrier au ministre des Transports et à leur direction pour lancer l'alerte sur cette question. Objectif : demander une concertation et pousser les pouvoirs publics à mettre les bouchées doubles.

>> A LIRE AUSSI : Une information judiciaire ouverte sur la catastrophe de Brétigny-sur-Orge

Il faudrait 2.000 kms de chantiers. Dans leur lettre, les syndicats devraient demander à la SNCF la tenue d'une concertation sur l'état du réseau, ainsi qu'une hausse des investissements dans la rénovation des voies ferrées. Ils estiment en effet que 2.000 kilomètres de voies devraient être renouvelés chaque année pour que le réseau ferré soit maintenu en bon état. Or, c'est loin d'être le cas à l'heure actuelle : tout juste 1.000 kilomètres de chantiers sont prévus chaque année, et encore, un quart d'entre eux ne voient pas le jour, faute de main d'œuvre.

>> A LIRE AUSSI : Quel avenir pour le rail français ?

Les hangars débordent de matériel neuf. Pourtant, s'étonne-t-on en coulisses, ce n'est pas le matériel qui manque, bien au contraire. A en croire certaines sources, les hangars de la SNCF déborderaient de matériel neuf. Des milliers de traverses, de rails et d'attaches sont entreposés, mais doivent parfois attendre pendant des années avant d'être installés. La faute au manque d'effectifs, qui pousse Réseau Ferré de France, l'entreprise qui gère le réseau, à reporter d'une année sur l'autre les travaux les moins urgents.