Virée pour avoir prêté sa carte de fidélité à sa mère

  • A
  • A
Virée pour avoir prêté sa carte de fidélité à sa mère
@ MaxPPP
Partagez sur :

Cette jeune caissière avait prêté sa carte de fidélité à sa mère, qui a bénéficié d'une remise... de trois euros.

Le supermarché Auchan de Peronne, dans la Somme, n'a pas supporté que la carte de fidélité d'une de ses caissières soit utilisée... par sa mère. Cette carte, réservée aux employés, donnait accès à des réductions supplémentaires de 10%. Même si la mère n'a économisé que 3 euros en l'utilisant, Auchan a décidé de licencier l'étudiante, caissière à temps partiel. Le tribunal a examiné lundi cette affaire datant de septembre 2012. Le jugement a été renvoyé en avril. Europe 1 revient sur cette affaire.

Virée pour une remise de trois euros. Il a suffit de 30 euros de courses, quelques bouteilles et des chips, pour renvoyer Adélaïde sans discussion. Son seul tort : avoir prêté sa carte de fidélité à sa mère. Une carte de réductions qui normalement ne sert que pour les emplettes de la famille. Sauf que cette fois-ci, la mère n'a pas utilisé la carte pour acheter des raviolis, mais pour un pot de départ dans son entreprise. Une pratique interdite par le règlement et qui a engendré le licenciement d'Adélaïde Van Eeck.

"Ma maman a passé la carte de fidélité pour des courses qui n'étaient pas pour le foyer mais pour le travail. Machinalement, quand on lui a demandé si elle avait une carte de fidélité, elle l'a donnée. Elle a économisé trois euros sur ces courses", se souvient la jeune femme.

Plus d'argent pour financer ses études. Licenciée pour faute grave, la jeune femme n'a reçu aucune indemnité. Elle confie par ailleurs que ce licenciement compromet la poursuite de ses études. "Le problème, c'est que je suis étudiante et que je n'ai plus de petit boulot à côté pour m'aider à financer mes études", déplore-t-elle.

Auchan ouvert au dialogue. De son côté, la direction d'Auchan, gênée, rejette la faute sur le directeur du supermarché qui ne la pas prévenue. Le groupe assure vouloir discuter avec son ancienne caissière.

sur le même sujet, sujet,

HISTOIRE - Facebook : viré pour avoir insulté un collègue

HISTOIRE - Licenciée pour avoir trop consulté sur Facebook
INCONGRU - On peut être licencié pour une virgule