Violences policières à la Courneuve ?

  • A
  • A
Violences policières à la Courneuve ?
@ DR
Partagez sur :

Une vidéo diffusée par le DAL fait polémique. La préfecture se défend de violences policières.

L'évacuation s’était déroulée "plutôt dans le calme", selon la préfecture le jour même. L'association Droit au logement (DAL) dénonçait, elle, une expulsion "brutale" et des "violences policières" et a voulu le montrer. Elle a diffusé mardi une vidéo tournée par un militant du DAL lors de l’expulsion de 150 personnes à la Courneuve. Elle a été vue 265.000 fois sur Dailymotion.

On y voit l'évacuation de militants et de squatteurs, couchés ou assis par terre, résistant à l'opération, aggripés les uns aux autres. Une femme enceinte est évacuée de manière musclée. L'image la plus violente montre une femme, portant un bébé dans son dos, traînée par terre par les policiers (2’30 dans la vidéo).

Regardez les images :

Le DAL assure qu'une femme a reçu cinq jours d'incapacité totale de travail (ITT), alors que la préfecture affirme elle qu'il n'y a pas eu de blessés. Le porte-parole du DAL, Jean-Baptiste Eyraud, dénonce des "violences policières". "D'habitude, ça ne va pas jusque là; il y a une aggravation", dit-il. "Installer un policier (le préfet Christian Lambert, ancien chef du Raid) à la préfecture est une mauvaise réponse à la crise du logement que nous traversons", estime-t-il.

La préfecture se défend

Selon la préfecture, l'évacuation "s'est faite selon la procédure légale et les règles d'usage", et "dans de relatives bonnes conditions". Elle affirme qu'il y a eu trois sommations aux personnes pour qu'elles partent. Elle explique aussi que le policier n’aurait pas vu le bébé. Les familles concernées envisagent de porter plainte.

Environ 150 personnes, qui s'étaient installées au pied de la barre Balzac, dans la cité des 4.000 à La Courneuve après leur expulsion de cet immeuble le 8 juillet, avaient été évacuées le 21 juillet. 126 personnes avaient ensuite été interpellées et conduites dans plusieurs commissariats, puis libérées au fur et à mesure de la journée.