Violences conjugales : les chiffres-clés

  • A
  • A
Violences conjugales : les chiffres-clés
Selon l'enquête, 2% des femmes auraient été victimes.@ Reuters
Partagez sur :

Une enquête relève que le taux de femmes est trois fois supérieur à celui des hommes.

2%. C'est la proportion de femmes qui ont subi, en l'espace de deux ans, des violences physiques ou sexuelles de la part de leur conjoint ou ex-conjoint, souligne une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), réalisée en partenariat avec l'Insee et publié mardi par le quotidien La Croix . Europe1.fr en résume les principaux enseignements. 

>> A lire aussi -Violences conjugales: 146 morts en 2011

Trois fois plus de victimes femmes. Selon cette enquête, 1,25% des répondants ont déclaré avoir été victimes de violences. Pour l'ONDRP, ce chiffe équivaut à un nombre d'"environ 542.000" victimes déclarée. L'enquête porte sur un échantillon de 67.000 personnes de 18 à 75 ans interrogées de 2008 à 2012. La proportion de femmes (1,84%) se disant victime est près de trois fois supérieure à celle des hommes (0,64%), avec près de 400.000 femmes « victimes déclarées » pour 136.000 hommes.

>> A lire aussi - Le triste bilan des violences conjugales

Taux plus élevé entre 35 et 44 ans. Le taux de violences physiques ou sexuelles s'élève fortement pour certaines tranches d'âge, comme les 35 à 44 ans (1,08% d'hommes et 2,81% de femmes se déclarant victimes en deux ans). La proportion de personnes se déclarant victimes est en revanche inférieure à 0,4% pour les 65 à 75 ans.

>> A lire aussi - Un portable pour protéger les femmes battues

3, 5% de femmes victimes, parmi les revenus les plus faibles. Le taux est aussi plus élevé dans les ménages aux revenus les plus faibles. Ainsi, parmi les femmes appartenant aux 10% dont le revenu est le plus faible, la proportion des victimes de violences sur deux ans est supérieure à 3,5%. C'est le taux le plus élevé observé. Elle s'établit à une valeur quatre fois plus faible, soit 0,83% pour les femmes appartenant aux 10% de ménages aux revenus les plus élevés, selon l'enquête.