Violences conjugales : "le 115 ne répond jamais"

  • A
  • A
Violences conjugales : "le 115 ne répond jamais"
Najat Vallaud Belkacem a admis lundi que "parfois le 115 ne répond pas suffisamment".@ Reuters
Partagez sur :

COUP DE GUEULE - Une association a fait le test : le numéro d'hébergement d'urgence ne répond pas. Et l'exécutif l'admet.

La charge. "Madame la ministre, faites le 115." Dans un clip saisissant diffusé sur internet, l'association Paroles de femmes invite la ministre Najat Vallaud-Belkacem à appeler le numéro d'hébergement d'urgence, qui "ne répond jamais". Dimanche, à la veille de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, l'association a fait le test, pour tenter de reloger une Francilienne battue par son mari. Verdict : après 21 appels, 13 refus et 8 absences de réponses, elle a dû abandonner. Et la femme violentée est rentrée chez elle. "Elle a préféré un toit pour ses enfants même si elle prend des coups", raconte Olivia Cattan, présidente de l'association, qui l'assure : "ce n'est pas une mise en scène".

Les aveux. La ministre du Droits des femmes l'a reconnu dès lundi sur France Inter : "parfois le 115 ne répond pas suffisamment". "Je rejoins le constat de cette association (...), jusqu'ici nous n'avions pas assez d'accueils dédiés, ce qui fait que non seulement le 115 ne répondait pas suffisamment souvent, mais en plus, en termes d'orientation il lui arrivait d'orienter vers des hébergements qui accueillent tous types de public, des sans domicile fixe, des gens en errance, vous imaginez la situation catastrophique", a développé Najat Vallaud-Belkacem.

Pour y remédier, la ministre a concocté un plan, qu'elle a présenté vendredi. D'ici 2017, il y aura 1.650 hébergements d'urgence de plus, a promis la ministre, qui a affirmé que "260 places ont "déjà été créées cette année". Elle a aussi rappelé que le 3919 "fonctionnera désormais 7 jours sur 7, de 8h à 22h".

"Des beaux discours".  Selon le ministère de l'Intérieur, 148 femmes sont mortes en 2012, victimes de leur conjoint ou ex-conjoint. "Chaque année, le 25 novembre, nous avons le droit à de nouveaux plans d'urgence contre les violences faites aux femmes", souligne dans un communiqué Paroles de femmes. Leur clip vise ainsi à montrer "le décalage entre les beaux discours et le terrain". Et d'insister : "la première urgence, c'est de créer des places d'hébergement".