Vingt ans requis contre le Dr Muller

  • A
  • A
Vingt ans requis contre le Dr Muller
@ MAXPPP
Partagez sur :

Cet ancien médecin légiste est jugé pour le meurtre de sa femme. Il maintient qu’elle s’est suicidée.

Comme en première instance, vint ans de prison ont été requis mardi matin contre le docteur Müller, rejugé pour le meurtre par balle de sa femme devant les assises du Haut-Rhin. "J'ai rarement connu un procès d'assises aussi difficile et aussi tendu", a déclaré en préambule l’avocate générale Madeleine Simoncello, dénonçant la "stratégie du silence" de l'accusé, destinée à "cacher sa vraie nature, son cynisme, son arrogance".

Au cours d’une plaidoirie qui aura duré une heure et dix minutes, la magistrate s’est employée à démonter les arguments de Jean-Louis Muller et de ses proches, qui affirmaient que son épouse Brigitte avait un comportement suicidaire dans les jours précédant sa mort. "Ce meurtre est monstrueux, il a tué celle qui partageait sa vie depuis 15 ans, il a privé ses enfants d'une mère aimante", a repris Madeleine Simoncello. "Brigitte Oudille n'a pas pu se suicider. La preuve c'est une construction, un ensemble d'éléments qui, une fois réunis, permettent de se forger une conviction".

La thèse du suicide

Les trois avocats de la défense doivent désormais plaider, en fin de matinée et en début d’après-midi. Ils devraient répéter les arguments de leur client sur la thèse du suicide, et réclamer l’acquittement. L’accusé, lui devrait continuer à observer le mutisme dans lequel il s’est muré depuis le début du procès pour protester contre le refus de la cour de procéder à une reconstitution des faits.

Le 8 novembre 1999, Brigitte Muller, une documentaliste de 42 ans, avait été retrouvée morte au sous-sol du domicile conjugal d'Ingwiller (Bas-Rhin), une plaie béante à la tête. Son mari Jean-Louis Muller avait été condamné à 20 ans de réclusion en première instance par les assises du Bas-Rhin mais avait été libéré après seulement quelques semaines de prison, dans l’attente de son nouveau procès.

Le verdict de ce nouveau procès est attendu mercredi.