Vin : bisbilles en Bourgogne

  • A
  • A
Vin : bisbilles en Bourgogne
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les viticulteurs de Bourgogne veulent exclure le Beaujolais de leur appellation.

La guerre est presque aussi vieille que l’appellation. Depuis 1937, les vignerons du Beaujolais ont la possibilité de produire sous l’étiquette bourgogne. Et depuis 1937, les viticulteurs de Bourgogne trouvent cela anormal. Ils reviennent aujourd’hui à la charge en demandant à ce que les productions du Beaujolais soient sorties de l’appellation.

"Le Beaujolais, c’est une autre région viticole. Ce problème est né avec un vieux décret, parce qu'à l'époque, ils n’avaient pas réussi à s’entendre. Mais pour moi, ce n'est pas la même région viticole", a contesté ainsi le viticulteur de Haute-Bourgogne Gérard Doreau, vendredi sur Europe 1.

La Bourgogne, elle, a "payé son billet"

En effet, pour peu qu'ils respectent les cépages requis - pinot noir (rouge), aligoté et chardonnay (blanc), les viticulteurs du Beaujolais ont toute latitude pour revendiquer les appellations régionales bourguignonnes, correspondant à une aire géographique la plus large.

Jusqu'aux années 1980, les viticulteurs bourguignons n'étaient pas d'accord mais n'évoquaient pas publiquement la question, puisque le succès du Beaujolais nouveau dopait les ventes de ce petit vignoble entre Rhône et Saône-et-Loire. Mais lorsque la médiocre réputation du primeur a commencé à pénaliser le reste de la production, certains vignerons ont décidé de "replier" une partie de leur récolte en bourgogne rouge, blanc, aligoté, passe-tout-grains, bourgogne grand ordinaire ou crémant de Bourgogne.

Puis, le mouvement s'est accéléré avec le succès du crémant et la plantation de 400 hectares de Chardonnay, alors que la Bourgogne, elle, n'en compte que 800. De fait, cette ruée vers l'or blanc "pose un problème économique majeur" pour les producteurs bourguignons, puisque, selon eux, "les courtiers se fournissent en priorité dans le Beaujolais, à bas coût, avant d'aller voir en Bourgogne".

Une nouvelle carte se dessine

D'où l'offensive engagée à l'été 2009 par les producteurs bourguignons, dans un courrier déplorant le rapprochement entre les deux vignobles. "Le paquebot Bourgogne se dirige tout droit sur l'iceberg Beaujolais au risque de noyer ceux qui ont payé leur billet !", s'était à l'époque emporté le Syndicat des Bourgognes.

Au final, en février 2010, les viticulteurs de la Bourgogne ont obtenu que l'Institut national des appellations d'origine (Inao) engage une délimitation géographique des appellations bourguignonnes, une démarche prévue dans le décret de 1937 mais qui n'avait jamais été menée. Cette délimitation, dont la phase de consultation a pris fin dimanche, a abouti à l'exclusion du Beaujolais des appellations "bourgogne-aligoté" et "bourgogne rouge" à partir de pinot noir. Les producteurs de Bourgogne demandent plus. Les viticulteurs de Beaujolais n'ont pas dit leur dernier mot. La bataille ne fait que commencer.