Villeurbanne : le suspect n°1 arrêté

  • A
  • A
Villeurbanne : le suspect n°1 arrêté
Un homme considéré comme l’auteur des coups de marteau assénés à de jeunes juifs samedi dernier à Villeurbanne a été interpellé jeudi.@ Capture écran BFM TV
Partagez sur :

INFO E1 - Cet homme est soupçonné d'être l’auteur des coups de marteau assénés à de jeunes juifs.

Les arrestations se succèdent en banlieue lyonnaise après l’agression dont ont été victimes trois jeunes juifs à Villeurbanne samedi dernier. Un cinquième individu, considéré comme le suspect principal que recherchaient les enquêteurs, a été placé en garde à vue jeudi, selon les informations obtenues par Europe 1. Il serait l’auteur présumé des coups de marteau assénés à deux des trois victimes.

"Dans la dénégation totale"

Agé d’une vingtaine d’années, cet individu s’est rendu de lui-même à la police jeudi peu avant 16h30. Considéré comme le principal protagoniste de cette affaire, il a reconnu les faits, mais minimisé son rôle "disant qu'il n'a fait que se défendre", a indiqué une source proche de l'enquête.

Cette interpellation vient s’ajouter à celles plus tôt dans la journée de deux autres hommes, dont un jeune adulte de 20 ans interpellé à son domicile. Ce dernier aurait participé à l'altercation mais n'aurait pas été porteur d'une arme.

L’enquête progresse rapidement

Deux autres hommes de 19 et 22 ans sont quant à eux en garde à vue depuis mercredi après-midi dans cette affaire. Ils s'étaient aussi rendus d'eux-mêmes à la police, quatre jours après cette agression réprouvée unanimement par les politiques et l'ensemble des représentants des différents cultes.

Les cinq jeunes placés en garde à vue ont été identifiés par les juifs agressés lors d'une "présentation d'auteurs à victimes" jeudi au commissariat de la ville. C'est ce qu'a indiqué vendredi une source policière.

Mercredi, la police avait fait part de sa détermination à arrêter les auteurs des faits. "Les fauteurs de troubles qui ont eu des comportements inadmissibles seront présentés et déférés à la justice", avait déclaré jeudi Albert Doutre, le directeur départemental de la sécurité publique, au micro d’Europe 1.