Viguier raconté par son ex-compagne

  • A
  • A
Viguier raconté par son ex-compagne
@ MAXPPP
Partagez sur :

"J’attends qu’on lave l’honneur d’un homme pour ses enfants" a déclaré Emilie Maillé aux jurés.

Emilie Maillé, l'amante puis la compagne de Jacques Viguier pendant sept années, a longuement témoigné à la barre jeudi au troisième jour du procès Viguier.

C'est sur les épaules de la jeune fille que repose la famille de 2001 à 2008, après la disparition de Suzi Viguier. A 20 ans, elle s'installe chez son ancien professeur et, conseillée par une psychologue, s'implique dans l'éducation des enfants. Elle se défend d'avoir voulu remplacer leur mère, Suzi, et les secoue dans les moments difficiles.

Atmosphère insupportable

A l’audience, elle décrit un Jacques Viguier fragilisé par la maladie, et dépressif qui peut rester clouer au lit pendant plusieurs jours. "C’était insupportable" raconte t-elle à l’audience. En 2008, elle le quitte "pour ne pas sombrer à (son) tour".

"Je suis en colère, dit-elle, car à part un miracle, on ne saura jamais" ce qu'il est advenu de Suzanne Viguier. Comme d’autres témoins, Emilie est persuadée de l'innocence du professeur de droit. "C'est normal qu'on ait soupçonné Jacques, mais on aurait dû exploiter d'autres pistes", regrette-t-elle. Et de conclure : "J’attends qu’on lave l’honneur d’un homme pour ses enfants".

Vendredi, ce sont la mère et la belle-mère de Suzanne Viguier qui seront entendues, ainsi que des amies de la victime.