Viguier de nouveau acquitté

  • A
  • A
Viguier de nouveau acquitté
Partagez sur :

Il était jugé en appel pour le meurtre de sa femme, mystérieusement disparue en février 2000.

La décision est désormais quasi-définitive. Jacques Viguier, jugé en appel pour le meurtre de sa femme disparue en 2000, a été une nouvelle fois acquitté, samedi, par la cour d'assises du Tarn.

Six heures de délibéré

Après plus de six heures de délibéré, la cour n'a pas suivi les réquisitions de l'accusation, qui avait pourtant réclamé vendredi une peine de 15 à 20 ans de réclusion criminelle.

Le jury devait répondre à trois questions : "Jacques Viguier a-t-il commis un homicide volontaire?", puis deux questions subsidiaires, "Jacques Viguier a-t-il commis des violences volontaires", et "ces violences ont-elles entraîné la mort sans intention de la donner ?". "A la question 1 et 2, il a été répondu non", a déclaré le président de la cour d'assises Jacques Richiardi, à l'issue des délibérations.

Après le verdict, debout, Jacques Viguier a embrassé son avocat Jacques Levy. Le professeur de droit toulousain, 52 ans, s'est ensuite approché de ses enfants et de ses proches, qu'il a serrés dans ses bras. Juste avant que les 15 jurés ne se retirent pour délibérer, il avait fait une dernière déclaration : "Je viens de vivre 10 ans d'horreur et de chemin de croix. J'espère que ces débats (...) vous auront prouvé mon innocence. Faites que mon univers ne s'effondre pas, rendez-moi ma dignité d'homme pour les enfants et pour Susi (Suzanne)".

Sans aveux, ni cadavre

Son avocat, Me Eric Dupond-Moretti, avait plaidé, samedi matin, pendant plus d'une heure en relevant l'absence de preuves dans ce dossier qui, selon lui, rendait impossible une condamnation. Sans cadavre, ni aveux, ni éléments matériels, ni témoin dans ce dossier, l'existence d'un crime n'est pas démontrée, avait-il insisté.

Jacques Viguier avait déjà été acquitté en première instance, l'année dernière, aux assises de Haute-Garonne.

Dimanche, le procureur général auprès de la Cour d'appel de Toulouse, Patrice Davost, a indiqué que le parquet général ne formera pas de pourvoi en cassation après l'acquittement de Jacques Viguier par la cour d'assises.