Victime d’un chauffard, il doit payer la facture

  • A
  • A
Victime d’un chauffard, il doit payer la facture
Partagez sur :

L'Etat lui réclame 25.000 euros pour les frais de réparation liés à l'accident de la route dont il a été victime.

"Ça me semble complètement injuste". Victime d'un accident en août 2012, Ludovic est maintenant prié de payer la facture. L'Etat lui réclame en effet 25.000 euros de frais de réparation. Le conducteur n'a pourtant pas causé l'accident. Il confie son indignation sur Europe 1.

"Je n'ai pas de souvenir des dégâts". Lors de son accident, Ludovic n'a même pas vu arriver le chauffard derrière lui. Et le choc a été si violent que son véhicule a fait trois tonneaux, pour finalement atterrir au niveau du terre-plein central. En raison de la violence du choc, la voiture était complètement écrasée. Ludovic et ses trois enfants ont donc dû être désincarcérés par les pompiers. "En fait ma voiture a touché la glissière de sécurité. Je n'ai pas de souvenir des dégâts que ça a pu engendrer", confie-t-il au micro d'Europe 1.

Sommé de rembourser les dommages causés sur le domaine public. Alors que Ludovic pensait l'affaire close, il reçoit, 18 mois plus tard, une facture de la direction des routes pour les dommages causés sur le domaine public. "Ils me facturent 44 mètres de glissières de sécurité et un panneau de 7,5m de haut sur 4,5m de large. Tout cela coûte 25.000 euros et on me demande de les payer", détaille le père de famille.

"Le chauffeur n'a pas été retrouvé". Dans sa lettre, la direction des routes explique qu'un tiers doit forcément être désigné en cas d'accident. "En l'occurrence, c'est moi. Parce que le chauffeur n'a pas été retrouvé. Alors que j'ai un rapport de police et des témoins. Et l'affaire a été classée au tribunal parce qu'on n'a pas retrouvé cette personne. Et moi, je ne peux pas payer, 25.000 euros c'est trop. Ca me semble complètement injuste", fustige-t-il.

Bientôt une procédure en justice ? Pas question donc pour Ludovic de payer pour un accident dont il est la victime. Sauf que, les délais étant dépassés, l'assurance ne semble pas en mesure de prendre en charge les frais. Mais Ludovic n'en démord pas, et le bras de fer avec l'administration continue, en attendant une procédure en justice.

sur le même sujet

RETOUR SUR - Les régulateurs de vitesse sont risqués

RETOUR SUR - Sécurité routière : des boîtes noires dans nos voitures

ZOOM - Bientôt la fin du kit mains libres au volant ?