Vers une préparation au mariage civil

  • A
  • A
Vers une préparation au mariage civil
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les futurs mariés et les officiers d’état civil disposeront bientôt d’un livret pour mieux préparer cette union.

En France, un mariage sur deux se solde par un divorce. En 2010, l’Insee a ainsi recensé 251.654 mariages et près de 134.000 divorces .
C’est pour lutter contre ce phénomène que le gouvernement a annoncé jeudi la création d’un livret expliquant les enjeux du mariage civil, afin de préparer les couples à cette union et de les "responsabiliser".
Ce livret est l’aboutissement des travaux d’un groupe de travail constitué depuis juin réunissant associations, élus et représentants de différents ministères.

Ces séparations ont en effet un coût non négligeable. "Les conséquences, elles sont humaines, et en même temps financières. Ça déstabilise un couple, ça précarise un foyer, ça rend très difficile la vie de celle ou celui qui reste seul", relevait à l'automne Claude Greff, la secrétaire d'Etat chargée de la famille.
Elle évoquait alors la possibilité d’un "kit de préparation au mariage civil", provoquant des remarques ironiques comme celle de Michel Bozon. "Pourquoi pas une préparation au Pacs?", s’interrogeait le directeur de recherche à l'Institut national d'études démographiques à Paris (Ined).

Les spécialistes divisés

Certains spécialistes se disent favorables à ce "kit" ou livret. Serge Gillotin, le directeur de Cap Mariage, une association qui prépare les futurs mariés aux unions civiles, se félicite sur Europe 1 de l’annonce de sa création. "C’est la réponse aux attentes de couples", déclare-t-il, arguant que ces derniers ne sont pas forcément au fait des obligations contenues dans les articles du code civil. Parmi elles, l’obligation de solidarité envers la belle-famille par exemple.

Pour le sociologue François de Singly, spécialiste de la famille, si l’idée de réhabiliter le mariage civil "assez bâclé", est intéressante, "il est totalement illusoire de penser qu'une meilleure compréhension du code civil permettrait une diminution du nombre de divorces".

Le chercheur rappelle que les divorces sont le plus souvent décidés par les femmes, qui estiment que leurs maris ne font plus attention à elles ou ne participent pas assez aux tâches domestiques. Des manquements qui "ne figurent pas dans le contrat de mariage".