Vaste opération de déminage à Caen

  • A
  • A
Vaste opération de déminage à Caen
@ Reuters
Partagez sur :

20.000 personnes ont été évacuées dimanche pour le déminage d'une bombe de 500 kg à Caen.

C’est l'une des plus grandes opérations de déminage jamais organisées en France pour une bombe de la Seconde guerre mondiale : 20.000 personnes ont été évacuées dimanche à Caen, soit plus de 15% de la population, pour neutraliser une bombe américaine mise à jour en janvier.

Lors d'un chantier sur le campus universitaire de la ville, une bombe américaine de 500 kg dont 265 d'explosif, a été retrouvée fin janvier en plein centre-ville. Pour la neutraliser, un périmètre de 800 mètres de rayon a été prévu, tous les habitants concernés ayant quitté leur logement entre 09H00 et 17H00.

Un déminage qui tombe mal

Cette immobilisation forcée d’une partie de la ville a fait des mécontents, surtout le jour de la Saint-Valentin. Plusieurs commerçants ont en effet demandé un report ou une indemnisation pour le manque à gagner occasionné par une fermeture partielle le jour de la Saint-Valentin.

"La Saint Valentin c'est mon deuxième meilleur jour de chiffre d'affaires derrière la fête de Mères", regrette Erick Boyer, un fleuriste qui compte ouvrir en fin de journée. Le périmètre fermé inclut le petit quartier touristique de Vaugueux et sa trentaine de restaurants, dont une dizaine ouvrent habituellement le dimanche.

40% des bombes n'explosent pas

Deux démineurs opèrent vers 13H00 pour 45 à 90 minutes. "Il s'agit de retirer un tube de la longueur d'un doigt qu'on va dévisser à la main", explique Jean Marzolini, le patron du déminage pour la Basse-Normandie, la Sarthe et la Mayenne. La base de la bombe étant voilée, le désamorçage à distance est exclu.

"A Caen, on démine une bombe de la Seconde guerre mondiale tous les 5 ans environ, de cette taille tous les 10 ans", a-t-il ajouté. Comme jusqu'à 40% des bombes larguées n'explosent pas, il reste encore 30 à 40 ans de déminage sur sa zone.

La bombe désamorcée dimanche a "très vraisemblablement" été larguée le 6 juin 1944 lors du premier bombardement allié, le plus meurtrier, avec 500 morts. Les Alliés en ont déversé plus de 10.000 tonnes pour raser et libérer Caen à l'été 1944, stratégie contestée qui a entraîné la mort de près de 1.200 civils, selon les historiens.