Var : le suspect mis en examen

  • A
  • A
Var : le suspect mis en examen
Des "circonstances aggravantes" devaient être retenues.@ Max PPP
Partagez sur :

Le couple a été placé en détention provisoire et une information judiciaire a été ouverte.

Il avait reconnu être l'auteur des coups de feu. L'homme qui a avoué avoir tué deux gendarmes dimanche dans le Var, a été mis en examen dans la nuit de mardi à mercredi à Toulon, ainsi que sa compagne, poursuivie pour "complicité et dissimulation de preuves". Le couple a été placé en détention provisoire. Deux magistrats instructeurs ont été co-saisis dans cette affaire.

Abdallah Boumezar, un colosse d'1,80 m et 90 kg âgé de 30 ans, qui a déjà purgé plusieurs peines de prison, a reconnu avoir tué Alicia Champlon, 29 ans, et Audrey Berthaut, une mère de famille de 35 ans, à Collobrières pour un différend à la suite d'un vol.

"Des circonstances aggravantes"

Lui et sa compagne sont arrivés peu après 19 heures mardi au palais de justice de Toulon, dans deux fourgons encadrés par des motards. Le tueur présumé a été mis en examen pour "homicide volontaire" sur Audrey Berthaut, et "homicide volontaire commis avec préméditation" sur Alicia Champlon, a annoncé le procureur Xavier Tarabeux lors d'une conférence de presse.

Dans les deux cas, des "circonstances aggravantes" devaient être retenues, en l'occurrence homicide sur "un militaire dans l'exercice de ses fonctions" et "dans le but de favoriser la fuite".

Sa compagne encourt la perpétuité

Sa compagne a quant à elle été mise en examen pour "complicité de crime et dissimulation de preuves", a précisé le magistrat. "Sa complice encourt la même peine que l'auteur présumé des faits, soit la perpétuité", a-t-il ajouté, tous deux étant en état de récidive. Selon Xavier Tarabeux, la jeune femme avait été condamnée pour "vol aggravé" en mars 2009.

Elle a dissimulé l'arme

Dimanche, peu avant 23 heures, l'homme avait tiré deux coups de feu sur Audrey Berthaut, après une bagarre et après s'être emparé de son arme, avant de poursuivre sa collègue dans la rue et de tirer six balles dans sa direction.

La compagne du tireur est "intervenue" dans la rixe, a expliqué le procureur mardi. Elle est également accusée d'avoir dissimulé, avec son compagnon, l'arme ayant servi à tuer, de même que l'arme et un bâton de défense dont disposait la seconde gendarme.

Le couple qui s'était enfui à pied avait été interpellé sans résistance vers 3 heures du matin lundi dans le village, à 200 mètres du lieu du crime, après une opération de ratissage de la gendarmerie dépêchée en masse dans la petite commune de 2.000 habitants.

"Psychologiquement abattu"

L'homme, qui habitait depuis peu Collobrières, avait été repéré comme un joueur de jeux de hasard et aperçu éméché par plusieurs témoins dimanche soir. Son frère, Chaouki Boumezar, a brossé mardi un portrait de lui très dur : "il était incontrôlable, psychologiquement abattu, il a tué les gendarmes mais il aurait pu tuer ma mère, ma sœur ou moi." "C'est un garçon qui a fait pas mal d'années de prison, c'est la déchéance. J'essayais de le recadrer", a-t-il raconté.

Condamné à plusieurs reprises depuis 2000 pour infraction à la législation sur les stupéfiants et vols, le meurtrier présumé était sorti de prison en septembre après six ans d'incarcération. Le 13 juin dernier, il avait été condamné à six mois avec sursis et mise à l'épreuve pour violences sur sa mère.