Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, était l’invité d’Europe 1, vendredi matin. Il est notamment revenu sur la décision des mairies de Nancy et de Metz, qui ne veulent pas accueillir le spectacle de Dieudonné. "Je suis heureux que ces maires, que je salue, s’engagent dans ce combat, parce qu’il s’agit là de lutter contre la diffusion de l’antisémitisme, du racisme, du négationnisme, des choses insupportables, condamnées par la loi. Monsieur Dieudonné M’Bala M’Bala a déjà été condamné à neuf reprises. Il faut que la loi s’applique partout. Et comment accepter que dans notre pays, des salles de spectacle diffusent ce message de haine ? C’est inacceptable, donc il faut trouver les voies juridiques, elles ne sont pas simples, mais il faut pouvoir interdire ces spectacles. J'ai demandé aux préfets d'examiner, cas par cas, la situation des spectacles pour pouvoir les interdire, en fonction notamment du trouble à l’ordre public".


Le premier de ces spectacles devrait avoir lieu à Nantes, mardi prochain. "Nous verrons bien, nous sommes en train d’examiner cette situation. Je suis prudent sur le plan juridique. Mais nous devons faire preuve d’une très grande détermination car ce sont des actes, des mots qui blessent, qui font mal, qui déchirent notre société."

Quant à l’insolvabilité présumée de Dieudonné, qui ne paye pas ses condamnations, Manuel Valls a, là encore, fait preuve de fermeté : "tous les services de l’Etat doivent être très déterminés. Je ne sais pas qu’il y a eu des défaillances. En tout cas, le simple citoyen qui ne paye pas une amende, on lui réclame avec des majorations, donc personne ne doit être au-dessus des lois. Je sais que je peux compter sur Christiane Taubira pour mener ce combat pour faire en sorte que Dieudonné, qui tente d’organiser son insolvabilité pour s’affranchir de sanctions pénales et ne pas payer les amendes, soient obligés de payer."