Valentin: "J'aurais voulu qu'on l'aide"

  • A
  • A
Valentin: "J'aurais voulu qu'on l'aide"
Stéphane Moitoiret "était arrivé à un moment où on ne maîtrise plus", confie sa mère.@ MaxPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE - La mère Stéphane Moitoiret, accusé du meurtre de Valentin en 2008, défend son fils.

"C'est moyenâgeux de faire comparaître un schizophrène en cour d'Assises". La mère de Stéphane Moitoiret, jugé à partir de lundi pour le meurtre du jeune Valentin en 2008, ne comprend pas le renvoi de son fils devant la Cour d'Assises. "On n'a pas le droit de punir la personne qui est tributaire de son état, qui ne pouvait pas faire autrement", ajoute-t-elle.

Il "ne pouvait pas faire autrement" :

 

Stéphane Moitoiret est jugé à partir de lundi devant la cour d'Assises de l'Ain pour le meurtre de Valentin, âgé de 10 ans, à Lagnieu en juillet 2008. L'enfant avait été poignardé de 44 coups de couteau. Stéphane Moitoiret, âgé de 42 ans, comparaît pour "assassinat sur mineur de quinze ans accompagné d'actes de torture ou de barbarie". Sa compagne, Noëlla Hego, 52 ans, est poursuivie pour "complicité d'assassinat".        

Le meurtrier présumé s'est dit "manipulé à 49% de puissance magique"

Après son arrestation, Stéphane Moitoiret, avait fait état d'une "mission divine" et avait indiqué aux enquêteurs être soumis à sa compagne qu'il appelait "sa majesté". "Il était arrivé à un moment où on ne maîtrise plus", explique Chantal Moitoiret au micro d'Europe 1.

"Il m'avait écrit un courrier où il me disait que celui qui a tué Valentin a été manipulé à 49% de puissance magique. Il me disait que Noëlla était la reine des écrivains et que lui était le secrétaire de sa majesté", ajoute la mère de Stéphane Moitoiret.

"Il ne pense pas que c’est lui"

Chantal Moitoiret explique également que son fils "ne peut pas avoir de regrets dans la mesure où il ne pense pas que c'est lui" le meurtrier. "C'est ça le problème", ajoute-t-elle.

"Dans un courrier, il m'a dit qu'il avait un destin pourri", confie en larmes la mère de l'accusée. "J'aurais voulu qu'on l'aide, qu'il ne soit pas enfermé toute sa vie. Ce n'est pas du tout un mauvais garçon. Il a juste erré sur les routes". Selon la mère de Stéphane Moitoiret, le "manque de soins" a abouti à ce drame. "Je voudrais qu'on prenne ça en compte", conclut-elle.