Une voiture qui se conduit sans chauffeur

  • A
  • A
Une voiture qui se conduit sans chauffeur
Un prototype de Cybercar, une navette électrique qui se conduit sans chauffeur, en passe d'être expérimentée à La Rochelle.@ MAXPPP
Partagez sur :

La Rochelle expérimente les "Cybercars", des véhicules électriques sans chauffeur.

La Rochelle vient de faire un bond dans le futur. Jeudi, a débuté une expérimentation attendue depuis des années. Les rues de la ville ont vu apparaître deux "Cybercars", des navettes électriques, capables de se déplacer sans chauffeur. Le projet est le fruit de la collaboration de l’Institut national de recherche en informatique et automatique (Inria) et d’industriels, financés par la Commission européenne.

Une navette commandée à distance

Les véhicules électriques, qui peuvent accueillir quatre passagers, sont mis gratuitement à disposition des habitants de La Rochelle pendant trois mois, le temps de la phase de test.

Au départ, les deux voitures, élaborées avec Robosoft et Induct, ne rouleront qu’à une vitesse maximale de 10 km/h. Un surveillant monté à bord supervise le trajet.

Pour démarrer, il suffit, comme dans un ascenseur, d’effleurer un écran tactile, qui met en marche la navette. Cette dernière est commandée à distance par des ordinateurs, qui orientent les véhicules grâce aux informations fournies par des caméras et des lasers, qui aident à géolocaliser la navette.

Limiter le recours à la voiture privée

Comme le précise à Europe1.fr Michel Parent, conseiller scientifique à l’Inria, qui travaille de longue date pour le projet, il s’agit d’une première mondiale, car de tels engins n’ont jamais circulé en ville, mais seulement dans des zones désertiques aux Etats-Unis.

Le Darpa a effectué deux batteries de test en plein désert :

Plusieurs villes, comme Versailles, Rome ou Helsinki, se sont portées candidates à de prochaines expérimentations.

L’objectif initial est, explique le scientifique, de "repenser la voiture, pour qu’elle s’adapte le mieux possible à la ville". A terme, il s’agira de "limiter fortement l’emploi de la voiture privée", en multipliant les programmes du type Autolib’, mais avec des véhicules automatisés comme les Cybercars.

Développer les voitures "bimode"

L’avenir, indique Michel Parent, sera aussi vraisemblablement marqué par le développement des voitures électriques "bimode", mêlant "mode automatique" et "mode manuel", ce qui signifie que la voiture pourra être conduite avec ou sans chauffeur.

Renault, par exemple, s’intéresse à ce double mode de conduite, qui sera bientôt expérimenté sur la Zoé.