"Une victoire pour les femmes"

  • A
  • A
"Une victoire pour les femmes"
@ MAXPPP
Partagez sur :

REACTIONS – Hommes politiques et associations ont réagi au projet de loi interdisant le voile intégral.

L’association de défense des droits des femmes Ni putes ni soumises a salué mercredi le projet de loi d’interdiction générale du port du voile intégral, annoncé par le gouvernement. Sa présidente Sihem Habchi a parlé d’une "victoire pour les femmes". "C’est le début d’une nouvelle page pour l’émancipation des femmes des quartiers populaires à qui on va proposer autre chose que l’enfermement ou la mort sociale", a-t-elle ajouté.

Une satisfaction partagée par Xavier Bertrand. Le secrétaire général de l’UMP a indiqué mercredi qu’une interdiction "claire, nette et lisible" du port du voile intégral dans tout l’espace public est "le meilleur choix". "Il faut absolument une interdiction totale parce qu'on ne peut pas avoir deux poids deux mesures entre services publics et voie publique", a-t-il ajouté.

De son côté, SOS Racisme s'étonne dans un communiqué que le gouvernement propose une loi d'interdiction totale qui serait "contraire à la Constitution et à la Convention européenne des Droits de l'Homme" et parle de "simplisme populiste".

Le Premier ministre, François Fillon s’est quant à lui dit "prêt à prendre des risques juridiques" pour défendre cette interdiction. Selon lui, "l’enjeu en vaut la chandelle."

Le député communiste du Rhône et président de la mission parlementaire sur le voile intégral, André Gérin, s’est également réjoui du projet de loi. Selon lui, il permettra "une vraie discussion au Parlement".

Opposition du médiateur de la République

De son côté, le médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, s’est déclaré opposé au principe d’une interdiction générale du port du voile intégral dans l’espace public. "J’aime la loi, j’aime pas l’interdiction générale", a-t-il déclaré mercredi sur RMC. "Je ne sais pas comment on va faire avec les Saoudiennes qui viennent acheter sur les Champs Elysées, par exemple", a-t-il ajouté.