Une rentrée abrupte pour Eric Woerth

  • A
  • A
Une rentrée abrupte pour Eric Woerth
@ REUTERS
Partagez sur :

La Cour de justice, qui juge les ministres, pourrait étudier son rôle dans l'affaire Bettencourt.

La pression risque de monter encore d'un cran pour le ministre du Travail Eric Woerth, à quelques jours d'une rentrée déjà annoncée difficile. Jean-Louis Nadal, le procureur général près la Cour de cassation, "envisage de saisir la Cour de justice de la République" au sujet de l’affaire Woerth, a-t-il confié au JDD de dimanche. L'avocat d'Eric Woerth, Jean-Yves Le Borgne, a répliqué qu'il fallait "une faute pénale identifiée" avant une éventuelle saisine de la Cour de justice de la république.

La Cour de justice de la République est une juridiction qui permet de juger les infractions commises par les membres du gouvernement pendant l'exercice de leurs fonctions. La saisine concernerait les infractions présumées de prise illégale d'intérêt et de favoritisme du ministre du Travail Eric Woerth dans l'affaire Bettencourt.

"Une sorte de lapidation médiatique"

Le ministre du Travail Éric Woerth a répliqué lundi matin en déclarant dans le quotidien Le Parisien subir "une sorte de lapidation médiatique", estimant que "cet acharnement" est "fait pour tuer". "C'est un peu une chasse à l'homme, comme il existe ici des chasses à courre. Sauf que c'est moi qui joue le rôle du cerf", a-t-il déploré.

Son avocat Maître Le Borgne a renchéri, affirmant "qu'il n'y a pas d'infractions" :

Selon l'hebdomadaire, le procureur général près la Cour de cassation s’est décidé à passer à l’action après avoir reçu deux courriers pointant la nécessité pour la Cour de justice de se pencher sur un dossier déjà très volumineux et traité par un procureur, Philippe Courroye, souvent pointé du doigt pour sa proximité avec le pouvoir.

Deux courriers l’ont convaincu

Dans une première lettre, l'ancienne ministre de l'Environnement et avocate Corinne Lepage (Cap21) dit avoir "visé les deux infractions supposées reprochées à monsieur Woerth" lorsqu'il était ministre du Budget: "son intervention éventuelle en matière fiscale pour un contribuable employeur de son épouse et aussi la vente des terrains de l'Oise".

Une seconde lettre, rédigé par Philippe Ingall-Montagnier, le procureur général de versailles, a fini de convaincre Jean-Louis Nadal de se pencher sur le dossier.

Il accumule déjà les dossiers

Selon le JDD, Jean-Louis Nadal a déjà réclamé "la communication de tous les éléments du dossier pénal susceptibles de concerner une éventuelle prise illégale d'intérêt ou un délit de favoritisme".

Le procureur général aurait, toujours selon le JDD, également réclamé "une copie du rapport de l'inspection générale des Finances" à l'actuel ministre du Budget François Baroin. Selon ce rapport, Eric Woerth ne serait pas intervenu dans le dossier Bettencourt lorsqu'il était ministre du Budget.