Une mère d’accueil accusée de maltraitance

  • A
  • A
Une mère d’accueil accusée de maltraitance
Une mère d'accueil aurait giflé et frappé trois enfants pendant deux ans au Chesnay, dans les Yvelines.@ MAXPPP
Partagez sur :

Une femme de 57 ans a été déférée jeudi au parquet de Versailles pour avoir brimé trois enfants.

Leur calvaire a duré près de deux ans. Trois enfants âgés de 6, 8 et 10 ans auraient subi des maltraitances de la part de la mère d’accueil que l’aide sociale à l’enfance lui avait confiée. La femme incriminée, âgée de 57 ans, et son fils, 38 ans, ont été déférés jeudi au parquet de Versailles, dans les Yvelines, selon Le Parisien de vendredi. Les deux suspects ont été placés en liberté conditionnelle en attendant leur comparution devant le tribunal correctionnel. Ils nient les faits.

C’est la plus âgée des enfants, une fillette de 10 ans, qui déclenche l’affaire en se plaignant à l’assistante sociale de mauvais traitements. Les services sociaux lancent une inspection surprise dans l’appartement de la mère d’accueil, situé au Chesnay. Ils découvrent un lieu en désordre, et d’une saleté incompatible avec l’accueil de jeunes enfants. En outre, le logement, d’une surface de 100 m2, est surpeuplé. En plus des trois enfants, la nourrice y accueillait en effet ses deux frères, leur épouse et leur progéniture, soit huit personnes supplémentaires. Sans compter les enfants qu’elle gardait dans la journée contre rémunération.

Une douche par semaine

A l’issue de l’inspection, les enfants sont immédiatement retirés à leur mère d’accueil. Aux enquêteurs, l’un d’eux explique qu’il était giflé et frappé "à coup de balai, à coups de babouche ou avec n’importe quel objet qui lui tombait sous la main", écrit Le Parisien. Les enfants étaient en outre régulièrement privés de nourriture, et n’avaient droit à une douche et à des vêtements propres qu’une fois par semaine.

Selon les enfants, les brimades et les coups auraient commencé après le divorce de la nourrice avec son mari, rentré en Algérie. "C’est à ce moment qu’elle a pété les plombs et qu’elle est devenue méchante", raconte l’une des jeunes victimes à la police. Et à chaque visite des services sociaux, qui prévenaient systématiquement de leur arrivée, la mère d’accueil prenaient soin de remettre son appartement on ordre. Et devant les inspecteurs, elle se montrait gentille avec ses victimes. Puis après leur départ, les maltraitances reprenaient de plus belle.

La mère d’accueil et son fils ont rejeté la faute sur la plus âgée des enfants, en affirmant qu’elle n’avait jamais acceptée d’être placée chez eux. Entre les deux versions, le tribunal devra trancher. Ce sera le 11 mars prochain.