Une maternité suspendue après la mort d'un bébé

  • A
  • A
Une maternité suspendue après la mort d'un bébé
L'Agence régionale de santé pointe du doigt les défaillances de la maternité de Dourdan, dans l'Essonne.@ MAXPPP
Partagez sur :

L'Agence régionale de santé pointe du doigt les défaillances de la maternité de Dourdan, dans l'Essonne.

L'info. A partir de lundi, la maternité de Dourdan, dans l'Essonne, ne verra plus de bébé naître dans ses salles d'accouchement. L'Agence régionale de santé a en effet décidé de suspendre son activité après le décès d'un nouveau-né, déclaré en septembre. L'ARS estime que la sécurité des mamans et des bébés n'est pas assurée.

Le décès d'un nouveau-né. L'enfant serait mort au mois de juin, "trois semaines après sa naissance". Le nourrisson avait une "pathologie lourde", "extrêmement grave", a précisé le président du centre hospitalier, le député maire d'Etampes (UMP) Franck Marlin, qui dit avoir été informé très tardivement, "comme beaucoup de personnes", du décès de l'enfant, sans être en mesure de préciser la date exacte des événements.

La maternité contrôlée. Le décès a été déclaré le 25 septembre à l'ARS, qui a procédé à une inspection de la maternité le 15 octobre dernier. Le contrôle portait sur "la vérification des conditions de prise en charge lors de l'accouchement de ce nouveau-né, sur la vérification du statut du personnel médical et sur l'application de la réglementation concernant l'activité de gynécologie-obstétrique", indique l'ARS.

Des protocoles pas respectés. Or certaines dispositions réglementaires "n'étaient pas respectées au moment du décès du nouveau-né et ne l'étaient pas au moment de l'inspection", souligne l'ARS. Ces dispositions concernent notamment l'organisation du personnel et l'utilisation de locaux "non adaptés", selon elle. Le protocole prévoit la présence "d'au moins une sage-femme lors d'un accouchement et d'une autre personne pour le reste des activités": or, "ce jour-là, la sage-femme était seule", a dit une source hospitalière.

Des mesures déjà prises. Thomas Talec, le directeur de la maternité, assure que des mesures ont déjà été prises. "Les procédures d'urgence ont été revues immédiatement et les effectifs soignants vont être augmentés sans délai. Des entretiens d'embauche sont programmés dès la semaine prochaine parce que notre volonté très ferme est de rouvrir la maternité dans un mois", assure-t-il sur Europe 1.

Les patientes réorientées. Dès lundi, l'organisation des accouchements sera donc assurée au sein d'autres maternités "garantissant toutes les mesures de sécurité et de qualité des prises en charge", dit l'ARS. Une trentaine de patientes seraient concernées. Toutefois, le suivi des femmes ayant déjà accouché et les consultations de gynécologie "continueront à être assurés" à la maternité de Dourdan. Cette fermeture devrait durer "au moins un mois", a estimé Franck Marlin.