Une ex-salariée de Casino gagne son procès

  • A
  • A
Une ex-salariée de Casino gagne son procès
Le groupe de grande distribution devra lui verser quelque 8.000 euros de dommages et intérêts@ MAXPPP
Partagez sur :

La jeune femme avait été licenciée pour ne pas avoir payé un repas enfant au self de l'entreprise.

Casino condamné. Le groupe de grande distribution a perdu son procès contre une ancienne salariée, licenciée pour ne pas avoir payé un repas enfant dans un self-service du groupe de grande distribution. Son ancien employeur devra lui verser quelque 8.000 euros de dommages et intérêts.

Abandon de poste

La salariée, qui travaillait à temps partiel depuis 2004, avait été mise à pied puis licenciée pour faute grave en avril 2008. Casino lui reprochait d'avoir abandonné son poste pour prendre un repas au self-service sans le payer.

L'ancienne salariée du Casino situé à La Ricamarie avait plaidé le quiproquo au moment du règlement au self-service d'un plateau-repas pour sa fille. En outre, la jeune femme n'avait pas eu d'observations de ses supérieures pour avoir délaissé son poste en laverie.

Les prud'hommes innocentent la caissière

Saisi, le conseil des prud'hommes avait en effet conclu dans son enquête que le repas n'avait pas été réglé à la suite d'une incompréhension rendue possible par un changement de caissière. Les prud'hommes de Saint-Etienne avaient déjà donné raison à l'employée en mai 2011, déclarant le licenciement "sans cause réelle et sérieuse".

Casino condamné à verser près de 20.000 euros

La cour d'appel de Lyon a confirmé ce jugement dans un arrêt du 10 février. Celui-ci condamne Casino Restauration à verser à la jeune femme, outre les dommages et intérêts, un total de 9.832 euros au titre des salaires non-versés et de diverses indemnités ainsi que 2.000 euros pour les frais de procédure.

La société doit aussi rembourser à l'assurance chômage les allocations versées.

"Casino Restauration (filiale de Casino) encore une fois reste arc-bouté sur des principes, quitte à payer des sommes sans aucune mesure au regard des faits", soit 2,50 euros en l'espèce, a estimé jeudi la CFDT de l'entreprise dans un communiqué.