Une étude inédite sur 20.000 bébés

  • A
  • A
Une étude inédite sur 20.000 bébés
Un "échantillon" de 20.000 enfants nés en 2011 va être suivi par une soixantaine d'équipes en France.@ MAXPPP
Partagez sur :

Mode de vie, environnement : le développement de 20.000 enfants va être suivi jusqu'à l'âge adulte.

C’est une première en France. Un groupe de 20.000 enfants nés en 2011 vont être suivis par des démographes et des spécialistes de la santé de leur naissance à l’âge adulte. L'étude, pilotée par l'Ined et l'Inserm, est baptisée "projet ELFE", pour "étude longitudinale française depuis l'enfance". Elle a pour objectif de comprendre comment l’environnement, les conditions de vie et l'entourage familial influencent le développement de l'enfant et sa santé.

Un suivi très régulier

Les enfants vont être suivis pendant vingt ans. Des questions vont être posées aux parents dès la grossesse, puis à la maternité, sur la taille et le poids de leur bébé, ainsi que son alimentation. Un tel suivi sera assuré chaque semaine, puis moins fréquemment, une fois par an.

Soixante équipes de chercheurs vont noter les événements vécus par l'enfant : changement d'établissement scolaire, maladie, séparation des parents... Bref, tout ce qui pourrait influer sur l'état psychique et physique de l'enfant.

Évaluer l'"impact de l'environnement" sur l'enfant

Henri Léridon, de l'Institut d'étude démographique, explique que cette étude pourra éclairer les praticiens sur nombre de petites questions encore non élucidées. "Par exemple, on ne sait pas très bien dans quelle mesure la scolarité peut être influencée par l'état de santé", développe-t-il pour Europe 1.

La composition chimique de l'environnement sera également passée au crible. "Il y a actuellement des questions sur les polluants émergents (...) qui peuvent altérer le développement cognitif et moteur" des enfants, explique ainsi Marie-Aline Charles, directrice de recherche à l'Inserm. L'étude pourra aussi déterminer l'impact du cadre familial sur l'enfant, dans une société marquée par le développement des cellules familiales monoparentales ou recomposées.

A partir de rendez-vous et d'entretiens téléphoniques avec les parents, les spécialistes vont constituer des dossiers individualisés, qu'ils croiseront dans un second temps pour obtenir des résultats statistiques. Les premiers résultats sont attendus dès 2013.