Une de Minute : "cela me donne la nausée"

  • A
  • A
Une de Minute : "cela me donne la nausée"
Jeannette Bougrab@ MAXPPP
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 13 NOVEMBRE – La une de l’hebdomadaire Minute ravive la polémique autour du racisme dont est victime la ministre de la Justice, Christiane Taubira.

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal animé par Wendy Bouchard. Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Mercredi 13 octobre, vous avez été 61% à faire "Votre choix d’actu" sur la une du journal d’extrême droite, Minute qui publie une photo de la ministre de la Justice, avec la légende "Maligne comme un singe, Christiane Taubira retrouve la banane". Jeannette Bougrab, ancienne présidente de la Halde, l'Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité, évoque cette une qui lui donne "la nausée, une envie de vomir". Citant "ce pays qui est la France, qui a des valeurs et des principes", elle déplore ne plus "reconnaître son pays qu’elle aime tant".

 "Cette polémique me donne la nausée"

Jeannette Bougrab, elle-même victime de racisme. Elle avait déjà témoigné dans son livre Ma République se meurt  des attaques racistes dont elle a été victime. "A l’âge de six ans, je connaissais toutes les insultes pour dire 'sale arabe'". Ces attaques se sont poursuivies tout au long de sa carrière : alors qu’elle était secrétaire d’Etat à la jeunesse, lors d’une visite à Besançon, elle avait été interpellée par un "Y en a marre des Arabes !" se rappelle-t-elle. "Vous avez beau essayer d’être la Française parfaite, j’ai un doctorat en droit… et pourtant on vous renvoie toujours à vos origines".

Pour une tolérance zéro. L’ancienne présidente de la HALDE demande désormais "une tolérance zéro en matière de racisme, de discrimination et d’incitation à la haine raciale", afin de ne pas banaliser la parole raciste. Elle aimerait aussi plus de régulation sur les réseaux sociaux qui sont, selon elle, "de grands dépotoirs, des déversoirs de haine". Afin de lutter contre la montée de propos racistes, Jeannette Bougrab compte sur l’école pour apprendre "le vivre ensemble et la tolérance". Elle juge inacceptable que les parents de la petite fille qui avait proposé une banane à Christiane Taubira ne l’aient pas immédiatement réprimée. Elle constate aussi que la Garde des Sceaux est "seule" et "peu protégée".

Une période "prérévolutionnaire". Soulignant que la montée de l’extrême droite a lieu dans toute l’Europe, Jeannette Bougrab remarque "qu’on pensait que la France pouvait être épargnée par ce phénomène là et ce n’est pas le cas". Très inquiète, elle constate que "nous sommes dans une période prérévolutionnaire, c’est l’entre deux guerres, on ne sait pas ce qui pourra se passer, on aura peut être demain un nouveau 1940", s'alarme-t-elle.