Un rhumatologue face à ses victimes

  • A
  • A
Un rhumatologue face à ses victimes
@ MAXPPP
Partagez sur :

Cet homme de 70 ans, jugé à Rennes, est soupçonné d'agressions sexuelles.

L'info. Le procès se tiendra devant le tribunal correctionnel de Rennes. Pourtant, les faits sont très graves. Un rhumatologue à la retraite est poursuivi pour des agressions sexuelles sur ses patientes mineures, selon les informations d'Europe 1. Sept victimes témoigneront à la barre. Mais le nombre de patientes concernées pourrait être bien plus grand : le rhumatologue, qui a eu une très longue carrière, a indiqué avoir soigné plus de 8.000 patients, dont plusieurs centaines d'adolescentes.

Une méthode étrange. Le terme revient dans le témoignage des victimes : bascule du bassin. C'est par cette technique que le rhumatologue, qui a exercé dans le centre de rééducation fonctionnelle de Beaulieu à Rennes pendant plusieurs décennies, soignait des problèmes de croissance. Mais selon les témoignages de victimes, le médecin faisait passer les attouchements pour des mouvements de bassin censés soulager les douleurs au dos.

Peu de plaignants.  La justice a recensé sept victimes, dont deux ont déjà obtenu réparation : le rhumatologue a été condamné à de la prison avec sursis. Sept femmes qui ne se connaissent pas et qui racontent pourtant toutes les mêmes faits, à des périodes différentes. Léa*, 35 ans, a été la patiente de ce rhumatologue il y a plus de 20 ans. Elle assure que sa vie est brisée. "Depuis trois mois, ce qui est difficile c'est de chercher des attestations de crédibilité, des preuves, des dates. Je mange avec ces agressions sexuelles, je dors avec ces agressions sexuelles, je passe toute ma journée avec ces agressions sexuelles. Je tiens debout juste parce que je veux qu'il paie pour ce qu'il a fait", témoigne-t-elle sur Europe 1.

Pour la jeune femme, il était difficile de dénoncer les attouchements du médecin. "Il faut avoir des parents qui sont disposés à vous entendre. Et puis on a honte, on ne comprend pas ce qui nous arrive, on est pétrifié parce qu'il s'agit d'un médecin et qu'on est censé lui faire confiance", explique-t-elle. "Même s'il y a une condamnation, c'est une histoire que je n'oublierai jamais, qui me pourrira toute ma vie. La réparation ne sera jamais possible", conclut Léa, amère.

* Le prénom a été changé.