Un proche de Dassault en cavale incarcéré

  • A
  • A
Un proche de Dassault en cavale incarcéré
@ MAXPPP
Partagez sur :

Younès Bounouara, suspect n°1 d'une tentative d'assassinat à Corbeil-Essonnes, a été arrêté mercredi.

L'info. Il était en fuite depuis neuf mois. Un proche de Serge Dassault a été arrêté par la police judiciaire mercredi matin, à l'aéroport de Roissy. Younès Bounouara est soupçonné d'être impliqué dans un règlement de comptes sanglant, au début de l'année, à Corbeil-Essonnes, fief du sénateur UMP. Présenté à un juge d'instruction dans la soirée, il a été mis en examen pour tentative d'assassinat et placé sous mandat de dépôt à la prison de la Santé dans la nuit.

Arrêté à l'aéroport. Le quadragénaire a été cueilli à sa descente d'avion à l'aéroport de Roissy, en provenance d'Algérie, par des policiers de la PJ de Versailles. Il était en fuite depuis le 19 février dernier. Il avait alors tiré en pleine rue à trois reprises sur quatre hommes venus en découdre. L'un d'eux avait été grièvement blessé.

La "tentative d'assassinat" contestée. A l'issue de l'audition de Younès Bounouara de plus de cinq heures par les juges du tribunal d'Evry en charge du dossier, son avocat Me David-Olivier Kaminski a indiqué vouloir contester le motif de sa mise en examen. "La tentative d'assassinat n'est pas fondée au regard des éléments. Le coup de feu a été porté de manière involontaire sans volonté de nuire à la victime", a affirmé l'avocat.

Des rumeurs d'achat de votes. Si sa responsabilité sur les faits reprochés ne fait guère de doutes -  Younès Bounouara a agi en plein jour, à la vue et au su de nombreux témoins et a même raconté la scène dans un entretien à l'hebdomadaire Le Point -, les dessous de ce règlement de comptes, perpétré sur fond de rumeurs et soupçons d'achat de votes, suscitent bien des spéculations. Il est en effet présenté comme l'intermédiaire présumé, dans les cités sensibles de Corbeil-Essonnes, de Serge Dassault, maire de la ville de 1995 à 2009. Younès Bounouara est au coeur de nombreuses rumeurs sur un système d'achat de votes qu'aurait mis en place l'avionneur pour assurer la paix sociale dans les quartiers mais également son élection, puis celle de son successeur, Jean-Pierre Bechter.

Des "voyous aux abois". Younès Bounouara se défend pour sa part d'avoir participé à un système d'achats de votes. Ce chef d'entreprise concède néanmoins avoir reçu de l'argent de l'élu dans le cadre d'un marché public estimé à près de 1,7 million d'euros. Ces "fantasmes", selon Bounouara, auraient en tout cas aiguisé les appétits de "voyous (...) aux abois" qui ont cherché à faire pression sur lui pour extorquer de l'argent au sénateur multimilliardaire. Jusqu'à ce 19 février quand, se sentant "menacé", il dit craquer et tire au 357 Magnum.

Dassault impliqué dans le dossier. Auditionné, le 14 octobre, par le trio de magistrats instructeurs en charge de ce dossier criminel, Serge Dassault a été placé sous le statut de témoin assisté pour "complicité de tentative d'assassinat". Une qualification "infamante" pour le sénateur, avait estimé un proche.