Un premier cœur artificiel implanté (et il est français!)

  • A
  • A
Un premier cœur artificiel implanté (et il est français!)
Un coeur artificiel autonome conçu par la société française Carmat a été implanté mercredi sur un patient souffrant d'insuffisance cardiaque terminale par une équipe de l'hôpital Georges Pompidou à Paris, a annoncé vendredi la société.@ MAXPPP
Partagez sur :

PALPITANT - Une prothèse autonome a été implantée mercredi sur un patient (humain). Il ne faut, toutefois, pas se réjouir trop vite.  

L'info. Il s'agit d'une première mondiale. Et elle signe (peut-être) la réussite de l'une des plus grandes avancées dans  le domaine des affections cardiaques. Un cœur autonome et totalement artificiel a été implanté mercredi sur un patient souffrant d'insuffisance cardiaque terminale. Et cocorico : il est français, conçu par la société Carmat, et il a été implanté par une équipe de l'hôpital Georges Pompidou à Paris.

Les autorités sanitaires françaises avaient donné leur feu vert fin septembre à une telle opération, ouvrant de nouvelles perspectives à des malades condamnés par la rareté des greffons disponibles : environ 95% des malades ne pourraient pas recevoir de transplantation, selon Carmat.

Carmat coeur artificielle

© Reuters

C'est quoi ce cœur ? Il s'agit d'un cœur artificiel 100% implantable, qui doit permettre au patient d'être autonome. La prothèse fonctionne comme un cœur naturel, dont elle possède d'ailleurs l'aspect. Selon ses promoteurs, elle permet d'éviter des effets secondaires sévères, comme la formation de caillots sanguins. "Elle mime totalement un cœur humain normal avec deux ventricules qui mobilisent le sang comme le ferait le muscle cardiaque, avec des capteurs qui permettent d'accélérer le cœur, de décélérer, d'augmenter le débit, de diminuer le débit. Le malade dort, ça diminue. Il monte les escaliers, ça accélère, donc ça n'a rien à voir avec une pompe mécanique", avait décri en septembre Philippe Pouletty, le co-fondateur de Carmat.

Quant à l’importance de cette avancée, le docteur, interrogé samedi matin sur Europe 1, estime qu’elle est "révolutionnaire parce que c’est un cœur bioprothétique, une partie membrane biologique et une partie synthétique, qui mime totalement les fonctions d’un cœur humain normal. Et l’ensemble a été conçu pour durer de très nombreuses années. Bien sûr, on manque de recul, mais ce n’est pas un appareillage transitoire."

Un progrès pas encore acquis. La société tient toutefois à relativiser l'implantation de mercredi,  dont l'identité du patient n'a pas été rendue publique. "Nous nous réjouissons de cette première implantation, mais il serait bien entendu prématuré d'en tirer des conclusions car il s'agit d'une seule implantation et d'un délai post-chirurgical encore très court", a commenté le directeur général de Carmat, Marcello Conviti, cité dans un communiqué. La PME française souligne que le succès des tests sera évalué par le taux de survie à un mois.

D'autres opérations du même type doivent avoir lieu au Centre chirurgical Marie Lannelongue du Plessis-Robinson, en région parisienne et à l'hôpital Laënnec-Nord, du CHU de Nantes. La Belgique, la Pologne, la Slovénie et l'Arabie saoudite ont également donné l'autorisation à Carmat d'effectuer ces tests dans leurs hôpitaux.

Une société sur le fil. Outre les enjeux sanitaires, la réussite du projet redonnerait de l'air à une société en perte de vitesse. L'entreprise, fondée par le chirurgien Alain Carpentier, mondialement connu pour avoir inventé les valves cardiaques Carpentier, a enregistré en 2012 une perte de 17,2 millions d'euros. Introduite sur le marché Alternext de la Bourse de Paris en 2010, elle a dû procéder à deux levées de fonds pour financer le développement de sa prothèse.

Les pouvoirs publics se sont d'ailleurs emparés du dossier. Carmat bénéficie, en effet, pour son projet, en accord avec la Commission européenne, de l'aide la plus importante accordée par la banque publique Oséo à une PME, avec un montant de 33 millions d'euros. Après l'annonce des décisions des quatre centres internationaux, le titre de Carmat en Bourse a bondi de 26% mardi, à 130,97 euros à 13h20.