Un plan Vigipirate renforcé pour les fêtes

  • A
  • A
Un plan Vigipirate renforcé pour les fêtes
"Il n'y a pas de menace particulière. Vigipirate fait partie d'un climat global de sécurité", a souligné le ministre de la Défense.@ Maxppp
Partagez sur :

Il n'y a toutefois pas de menace terroriste particulière, a expliqué Gérard Longuet mardi.

Après Claude Guéant la semaine dernière, c’était au tour du ministre de la Défense de visiter mardi un lieu stratégique de la capitale pour inspecter le dispositif Vigipirate. Un plan renforcé pour les fêtes de fin d'année à Paris. Gérard Longuet, qui s’est rendu à la gare Montparnasse, a toutefois précisé qu'il n'y avait pas actuellement de menace terroriste particulière sur la France.

Une période trouble

"On est toujours en Vigipirate rouge, il y a un contexte international mais pas de menace terroriste à proprement parler", a répété le ministre. Gérard Longuet a simplement rappelé que "les périodes des fêtes, ce sont les familles qui se retrouvent, les familles qui se déplacent, et par conséquent les gares qui sont envahies, envahies par des gens qui sont vulnérables au pickpocket, à des petites formes d’incivilité ou d’agression".

"C’est la raison pour laquelle la présence physique de forces de sécurité, ça fonctionne bien", a conclu Gérard Longuet, qui a profité de ce déplacement pour remettre un diplôme au 200.000ème militaire mobilisé pour Vigipirate depuis la mise en place du dispositif en 1996.

600 militaires mobilisés

Le plan Vigipirate, dont le but principal reste la prévention du terrorisme, mobilise environ 600 militaires en permanence pour la surveillance d'une trentaine de sites dans le grand Paris. 60 soldats et trois sites supplémentaires - le marché de Noël des Champs-Elysées, les grands magasins boulevard Haussmann et Eurodisney - ont été intégrés dans le dispositif pour les fêtes. Leur présence sera aussi visible dans les gares.

Un dispositif toujours maintenu à un niveau élevé, même s’il ne s’agit plus seulement de surveiller les colis suspects, a par ailleurs expliqué Gérard Longuet. Pour une présence dissuasive, des militaires en treillis sont présents dans les lieux publics. Cela fait aujourd’hui depuis 15 ans depuis les attentats dans le RER B que le plan Vigipirate est maintenu sans interruption. Il a déjà mobilisé 200.000 militaires.