Un petit air californien en Picardie

  • A
  • A
Un petit air californien en Picardie
Les vendanges du champagne à Crezancy dans l'Aisne@ MAXPPP
Partagez sur :

Des paysages californiens ont été choisis pour une campagne de pub de la région.

Sur la photographie se déploient des vignes vertes à perte de vue, baignées dans une douce lumière rouge et or. "Route touristique du Campagne – A deux heures de Beauvais", indique la légende de l'image, le support de la dernière campagne de promotion de la Picardie lancée par la région. Sauf que les vignes en question ne sont pas celles de l'Aisne… mais de la Californie.

> Cliquer ici pour voir la photo en question

Le comté de Napa en photo

Le pot aux roses a été révélé par un photographe, Mario Fourmy, qui le raconte sur le site de l'association dont il est président. Au retour d'un voyage, il atterrit à l'aéroport de Beauvais-Tillé. Son œil est vite attiré par la photographie en question, qui l'intrigue. Les "vallonements inhabituels" le poussent à regarder le crédit de l'image, où figurent le nom du photographe et celui de l'agence américaine Getty Images.

Décidément curieux, Mario Fourmy fait des recherches sur Internet avec ces informations. Il découvre que la photographie utilisée par la région représente des vignes californiennes du comté de Napa. Elle est issue de la banque d'images américaine Getty.

Le photographe est furieux, à la fois de la mystification et de ce recours à une banque d'images américaine. "Une agence américaine qui casse les prix et versera peut-être deux dollars à ce photographe : voilà la recette pour faire des économies sur la photographie et contribuer au déclin de notre profession", écrit-il.

Un "plantage"

Interrogé par Le Courrier Picard, le comité régional du tourisme initiateur de la campagne (CRT) rappelle qu'en 2011, près de "2000 clichés" ont été achetés à des photographes picards". Jean-Philippe Gold, le responsable du CRT dit "assumer le choix de l'illustration".

Les autorités régionales admettent de leur côté un "plantage". "C'est une erreur que l'on regrette, explique le directeur-adjoint du cabinet de Claude Gewerc, le président du conseil régional de Picardie. Nous avons acheté pour 80.000 euros de photos cette année. Il n'y a pas de stratégie de faire appel à des clichés de banques d'images étrangères".