Un monument aux morts pour nos soldats

  • A
  • A
Un monument aux morts pour nos soldats
Le député UMP Philippe Meunier propose que devienne obligatoire l'inscription des soldats morts pour la France sur les monuments aux morts de leur commune de naissance et de résidence.
Partagez sur :

Un élu propose d'inscrire le nom de soldats morts, en Afghanistan par exemple, dans leur commune.

Commémorer la mémoire des soldats français morts en Afghanistan, au Liban ou encore en ex-Yougoslavie, c’est ce que propose Philippe Meunier. Le député UMP du Rhône a rédigé une lettre en vue de déposer une proposition de loi en ce sens.

Inscrire leurs noms sur des monuments aux morts

"Je souhaite que ceux qui sont engagés pour France puissent, quand ils meurent au combat, avoir leur nom inscrit sur les monuments aux morts de leur commune de naissance et de leur commune de résidence", a expliqué Philippe Meunier mardi sur Europe 1.

Aujourd’hui, déplore le député, seuls les soldats tués lors de la Première et Seconde guerre mondiale, et ceux morts au combat en Indochine ou en Afrique du nord ont leur nom inscrit sur une stèle. Et ce, alors que "des milliers de soldats sont actuellement déployés sur différents théâtres d’opérations extérieures" et qu’il y a eu déjà "de nombreux morts pour la France, au Liban, en ex-Yougoslavie et en Afghanistan". Depuis 1962, leur nombre atteindrait plus de 600 morts.

Certaines communes choisissent déjà, indépendamment, d’inscrire les noms des militaires originaires de leurs villes sur leur monument aux morts, en convient toutefois Philippe Meunier. Mais le problème, selon lui, "c’est qu’il n’y a pas d’automaticité". Il souhaite le rendre obligatoire.

Un monument aux morts à Paris ?

L’Etat envisage déjà de rendre hommage aux soldats "morts pour la France". Nicolas Sarkozy a chargé l’ancien chef d’état-major de l’armée de Terre, le Général Bernard Thorette, une réflexion sur la construction, à Paris, d’un monument dédié aux soldats français morts en opérations extérieures.

Une idée qui ne satisfait pas pour autant Philippe Meunier, même s’il la trouve "excellente". "Il faut aussi que dans leurs villages et leurs villes, les familles puissent aussi voir le nom de leurs fils qui se sont sacrifiés pour la France", a insisté le député.

Le rapport devrait être remis à la fin du mois de septembre. Mais la ville de Paris a d’ores et déjà donné son accord en avril dernier pour que soit érigé ce mémorial national.