Un monsieur "apéros Facebook"

  • A
  • A
Un monsieur "apéros Facebook"
Le gouvernement cherche à encadrer les "apéros géants"@ MAXPPP
Partagez sur :

La fonction de "référent départemental" chargé des apéros géants sera créée avant la fin de l’année…

Au printemps, certains avaient été annulés, d’autres s’étaient soldés par une lourde facture pour leurs organisateurs : "les apéros Facebook", succès populaire de l’été 2010, avaient été un casse-tête pour le gouvernement qui souhaitait les "encadrer", à défaut de pouvoir les interdire.

Après quatre mois de réflexion, le gouvernement a finalement tranché et décidé de créer... un monsieur "apéros géants". Le ministre de la Jeunesse Marc-Philippe Daubresse a, en effet, annoncé mardi la prochaine mise en place de "référents départementaux" chargés d'encadrer ce genre de manifestations.

Un médiateur chargé des apéros

Ces messieurs "apéros Facebook" seront désignés pour échanger avec les jeunes voulant lancer un "apéro" et des discuteront des mesures de sécurité à respecter et des actions de prévention.

Une "fiche réflexes" indiquera également les actions à mettre en place, de l'annonce de l'événement festif à la fin du rassemblement.

Concrètement, ce référent sera "un médiateur" qui fera le lien entre "les organisateurs d’apéros géants, les associations et la préfecture", explique le ministère à Europe1.fr. "Ils seront mis en place d’ici la fin de l’année", ajoute-t-on, expliquant "qu’il ne s’agira pas forcément de création de postes, mais que la fonction sera attribuée à des fonctionnaires, déjà au cœur de ces problématiques, sur le terrain".

"C'est un moyen de noyer ce genre d'initiatives"

"Cela tue l'esprit des "apéros Facebook" qui avaient été spontanés", estime pour sa part Ahmed Memette qui avait organisé, au printemps dernier, un apéro à Angoulême. "Du moment où ce rassemblement sera encadré et organisé en collaboration avec l'Etat, il perdra de son sens", ajoute le jeune homme, joint par Europe1.fr. "C'est un moyen de noyer un peu ce genre d'initiatives", insiste-t-il.

Lors d’un de ces apéros Facebook, en mai, un jeune homme ivre était mort à Nantes, ce qui avait amené le ministère de l'Intérieur à créer deux groupes de travail.