Un maire à vélo pour sauver la maternité

  • A
  • A
Un maire à vélo pour sauver la maternité
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'élu de La Seyne-sur-Mer entend être reçu au ministère de la Santé pour défendre l’établissement.

La Seyne-sur-Mer - Paris, c’est le trajet qu’est en train de réaliser Marc Vuillemot à vélo. Le maire de La Seyne-sur-Mer est parti lundi matin de sa commune varoise en direction du ministère de la Santé. Objectif : déposer une pétition de 20.000 signatures contre la fermeture de la maternité dans sa ville. Et il espère recueillir sur sa route de nouvelles signatures.

Marc Vuillemot doit parcourir 950 kilomètres sur son vélo électrique. Il a prévu pour cela 15 étapes. Pour l’encourager dans son périple, lundi matin une centaine de personnes s'étaient rassemblées sur les quais, en face de l'hôtel de ville. Seule inconnue pour le premier magistrat de La Seyne-sur-Mer : il ne sait pas à qui il remettra sa pétition au ministère de la Santé. Il a demandé un rendez-vous pour le 17 ou 18 août. Sans réponse positive pour l’instant.

"Fermer cette maternité, c’est marcher sur la tête"

Le transfert de la maternité de La Seyne-sur-Mer vers le futur hôpital intercommunal de Toulon a été voté par le conseil d'administration en dépit de l'opposition municipale. "Il faut pratiquement une heure de La Seyne-sur-Mer", a déploré Marc Vuillemot sur Europe 1. Et de préciser : "les pompiers, les sages-femmes et les gynécologues-obstétriciens nous indiquent qu’il y a un réel danger pour la santé des mamans et des bébés".

D’autant que "cette maternité est celle du département du Var où ont lieu le plus grand nombre de naissances chaque année", a assuré le maire de La Seyne-sur-Mer. "Aucune autre maternité du département ne connaît autant d’accouchement. C’est marcher sur la tête que de fermer justement celle-là", a-t-il expliqué.

Un soutien de toute la région

C’est un parcours du combattant pour Marc Vuillemot qui tente de sauver l’établissement depuis plusieurs mois. Les maires divers droite de Saint-Mandrier, d'Ollioules et de Sanary-sur-Mer soutiennent le mouvement en faveur de la maternité aux côtés de personnalités, dont le psychanalyste Boris Cyrulnik.

En avril, lors d'une journée nationale de mobilisation contre la politique de santé du gouvernement, plus d'un millier de personnes avaient formé un H - comme hôpital - pour dire non à la fermeture de la maternité. Le maire de La Seyne-sur-Mer estime avoir tout essayé, mais a-t-il dit, "les plaidoiries ont été insuffisantes".