Un lycée accusé de "trier" ses élèves

  • A
  • A
Un lycée accusé de "trier" ses élèves
@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

Des élèves auraient été poussés à la démission, selon la FCPE de Saint-Ouen l'Aumône.

Le lycée  Edmond-Rostand de Saint-Ouen-l'Aumône, dans le Val d’Oise, a-t-il poussé ses moins bons élèves à prendre la porte pour améliorer ses statistiques ? C’est en tout cas l’accusation portée par la principale fédération de parents d'élèves, la FCPE, qui s’appuie sur des courriers signés par les parents des élèves démissionnaires. L’établissement réfute de son côté tout tri sélectif.

"Une pratique scandaleuse", accuse la FCPE

La FCPE affirme avoir reçu à la rentrée un courrier anonyme comprenant 56 lettres de "démission" signées, depuis deux ans, par des élèves du lycée public Edmond-Rostand, a rapporté mardi la radio France Bleu 107.1. "Parmi ces lettres, seule une dizaine était motivée", a assuré le président de la FCPE du Val-d'Oise, Bruno Brisebarre.

L’association assure qu’une partie des élèves démissionnaires ont été poussés à quitter l'établissement en raison de leurs mauvais résultats scolaires. "C'est une pratique scandaleuse et illégale, même si elle existe dans de nombreux établissements", a-t-il ajouté.

"Ils disaient que c'était mieux de démissionner"

L’association de parents d’élèves a assuré avoir obtenu confirmation auprès d'anciens élèves que le lycée Edmond-Rostand poussait des élèves à partir. Une ancienne élève du lycée a ainsi assuré sur France Bleu avoir subi une "pression".

"Ils disaient que je n'avais aucun avenir, que c'était mieux de démissionner, que je perdais mon temps et que de toute façon, quoi qu'il arrive l'année prochaine, je n'allais jamais être reprise", a confié cette ancienne élève.

L’établissement parle de départs ‘volontaires’

Si départ il y a eu, ils ont été "volontaires". Telle est la réponse apportée mardi par l'inspection académique du Val-d'Oise, qui a démenti toute stratégie poussant les moins bons éléments vers la sortie. "La FCPE fait une interprétation des faits qui ne correspond pas à la réalité. En aucun cas, le lycée Edmond-Rostand n'a forcé des élèves à démissionner", a ainsi précisé  Denis Christophoul, chef de cabinet de l'inspecteur d'académie.

"Dans le lycée, il y a eu une cinquantaine de départs en deux ans. Mais ce sont des départs volontaires, comme il y en a régulièrement en cours d'année dans tous les établissements, pour différentes raisons", a-t-il ajouté.

Selon l'inspection académique, le lycée a par ailleurs porté plainte contre X pour savoir comment les lettres avaient été envoyées à la FCPE. "Il y a eu un vol de documents administratifs", a accusé Denis Christophoul.