Un film sur l'homosexualité censuré

  • A
  • A
Un film sur l'homosexualité censuré
@ MAX PPP
Partagez sur :

Le ministre de l'Education Luc Chatel est contre la diffusion en primaire du Baiser de la lune.

Parler d’homosexualité à des élèves de CM1 et de CM2 est "prématuré". C’est en tout cas l’avis qu’a rendu mercredi le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, pour qui le film Le baiser de la lune n’a "pas vocation à être projeté en primaire". Ce film d’animation, qui raconte une histoire d'amour entre un poisson-chat et un poisson-lune, était destiné par ses auteurs à devenir un outil pédagogique avant que le ministre n’en décide autrement.

Le dessin animé ne sera donc pas diffusé à l'école primaire. Une décision qui peut surprendre quand on sait que le scénario de Sébastien Watel avait été visé et validé par des éducateurs et des conseillers pédagogiques. L’inspection académique d’Ille-et-Vilaine était partenaire du projet tout comme la ville de Rennes d’où vient le réalisateur.

Le Baiser de la lune a provoqué une levée de boucliers la semaine dernière. Une association qui milite contre l'homoparentalité au nom de la "défense de la famille", le Collectif pour l'enfant, avait dénoncé "une intrusion dans l'intimité de jeunes enfants". La présidente du parti chrétien-démocrate, Christine Boutin, avait demandé de son côté "l'interdiction de la diffusion du film" dans les écoles, "au nom du respect de la neutralité de l'Education nationale". Il avait aussi donné lieu à une pétition lancée par l’hebdomadaire de droite libérale Les 4 Vérités.

Marie-Anne Chapdelaine "ne comprend pas". L’adjointe au maire de Rennes, qui a toujours soutenu le projet du réalisateur rennais, estime que le film abordait la question sous "une forme gentillette". "On parle bien de racisme aux enfants autant les préparer très jeunes à avoir un esprit de tolérance vis-à-vis des autres", argumente-t-elle.

"Je pense que quelque part les conservatismes ont gagné" :

De leur côté, les associations du monde éducatif et anti-homophobes demandent au ministre de revoir sa décision. Le Collectif éducation a "appelé solennellement le ministre à revenir sur ses déclarations". Les associations SOS-Homophobie et Inter-LGBT ont qualifié de "regrettable" le discours de Luc Chatel qui "s'aligne ainsi sur celui tenu par des mouvements de droite ultraconservateurs".

REAGISSEZ – Doit-on parler d’homosexualité aux enfants ?