Un détenu dangereux libéré par erreur

  • A
  • A
Un détenu dangereux libéré par erreur
@ MAXPPP
Partagez sur :

Il a obtenu une permission à Noël alors qu’il devait rester en prison. Il est toujours recherché.

C'est un couac judiciaire qui a du mal à passer. Un détenu de Fleury-Mérogis, âgé de 25 ans, s'est fait la belle lors d'une permission accordée à Noël alors que son maintien en détention avait été ordonné. Depuis dix jours maintenant, les policiers de Seine-Saint-Denis sont à sa recherche.

A l'origine de ce raté, une fiche pénale incomplète. Le 15 décembre dernier, alors qu'il purge déjà une peine de prison, le détenu doit être jugé dans une vaste affaire de trafic de drogue. Mais le procès est finalement reporté à fin janvier. En attendant, les juges de Bobigny demandent son maintien en détention. Mais la consigne ne passe pas et le juge d'application des peines en charge du dossier, basé lui à Evry, dans l'Essonne, lui accorde 48 heures pour aller fêter Noël.

"On a un individu dangereux, et dehors"

Pour les policiers, la pilule est dure à avaler. Car le détenu en cavale est bien connu à La Courneuve notamment. Il y a deux ans, des complices avaient tiré sur un fourgon de police à la kalachnikov pour le faire libérer.

"On s'interroge, étant donné que ce type d'erreur profite tout le temps aux mêmes individus qui sont des délinquants multirécidivistes", confie à Europe 1 Loïc Lecouplier, du syndicat Alliance. "Une fois qu'on les a, il faut essayer de les garder", ajoute-t-il. "Là, on a un individu dangereux, et dehors", conclut Loïc Lecouplier.

Un dossier noyé parmi 800 demandes

Une enquête interne a été diligentée à la prison de Fleury-Mérogis pour comprendre les raisons de cet imbroglio. Théoriquement, le maintien en détention aurait dû être ajouté à la fiche du détenu avant que sa demande de mise en liberté ne soit examinée. "Le problème, a confié un magistrat à Europe 1, c'est qu'il n'y avait que quelques heures pour le faire". Or, à cette époque de l'année, près de 800 détenus de Fleury-Mérogis demandent à passer Noël en liberté.