Un "coup de pouce" pour apprendre à lire

  • A
  • A
Un "coup de pouce" pour apprendre à lire
@ Maxppp
Partagez sur :

ENQUETE - Une association aide les élèves de CP dans leur apprentissage de la lecture.

Ils apprennent à lire presque sans s’en rendre compte. Chaque année, l'association "coup de pouce clé" accompagne près de 10.000 élèves de CP dans leur apprentissage de la lecture et de l'écriture. A Cergy-Pontoise, dans le Val d'Oise, Cyra, Younes et trois autres élèves de CP travaillent avec Isabelle, une enseignante rien que pour eux. Pendant une heure et demie, les enfants racontent leur journée, s'amusent avec les mots, lisent des histoires. Lorsqu'on leur donne quelques secondes pour trouver le plus de mots qui contiennent par exemple par le son "o", les résultats sont surprenants. "Une taupe", lance un élève. "Top model, loto", s’écrie un autre. "Ils savent plein de choses ces enfants !", souligne Isabelle.

"On ne se moque pas"

Ces cinq élèves n'avaient pas de difficultés particulières. Ils avaient juste besoin d'un petit coup de main supplémentaire pour entrer dans la lecture. Une aide qu'ils ne trouvent pas forcément à la maison, estime leur professeur. "On entre dans l’écrit par une autre voie, par le biais des jeux", souligne Isabelle au micro d'Europe 1. "Ceux qui n’osaient pas lire parce qu’ils avaient des difficultés savent qu’au club, chacun lit à son tour, qu’on s’aide. On le fait ensemble, chacun à son tour et on ne se moque pas. Effectivement, on voit des déclics. Ça y est, les cinq enfants du club sont des lecteurs", se réjouit Isabelle.

Des résultats encourageants

A la fin du CP, neuf enfants sur dix passés par ces ateliers coup de pouce sortent de la zone rouge de l'échec scolaire. Pour les parents, cet accompagnement gratuit est vécu comme un soulagement. "Au début, on avait peur quand il a commencé le CP", confie une maman. "Il ne savait rien, pas lire, pas écrire. Là ça va, il commence à apprendre. C’est bien. Ça m’a rassurée", conclut-elle.

Chaque année, près de 120.000 élèves accèdent à l'enseignement secondaire sans maîtrise de la lecture et de l'écriture. D'après l'association "coup de pouce clé", il faudrait accueillir 60.000 enfants pour réduire considérablement l'échec scolaire en début de scolarité.